Pif, l’envers du gadget

Les articles, les fanzines, les passages Radio / TV, les sites internet, les blogs ainsi que l'actualité du moment dans les médias autour de Vaillant et Pif Gadget.
Avatar du membre
Nasdine Hodja
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 12136
Enregistré le : mer. 11 avr. 2007, 00:00

Pif, l’envers du gadget

Message par Nasdine Hodja » dim. 04 janv. 2015, 09:42

Le film "Pif, l’envers du gadget" de Guillaume Podrovnik sera diffusé sur Arte, le samedi 31 janvier 2015 à 21h50, ainsi que dans le cadre du Festival international de la Bande Dessinée d’Angoulême (3 projections dont une en avant-première).
pif-envers-affiche.jpg
Le blog du réalisateur : http://www.podrovnik.com/category/pif-gadget/
Ça a débuté comme ça.
Ma liste de recherche.

Avatar du membre
Dicentim
Kambologus Populus
Kambologus Populus
Messages : 4036
Enregistré le : jeu. 26 août 2004, 10:28
Localisation : Poilenville City!! la capitale du royaume de Poilenponie, pays des francs Poilenpons et Poilenpones.
Contact :

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par Dicentim » dim. 04 janv. 2015, 10:16

Au FIBD 2015 le Vendredi 30 à 15h , Samedi 31 à 10h et le Dimanche 1er à 11h15.
Mais, il faut dire que la salle Laloux dans le Vaisseau Moebius ne comporte que 55 places !
Image

Avatar du membre
drou
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 13333
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2003, 01:00
Localisation : Melrand (56) et aujourd'hui Echillais (17)

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par drou » dim. 04 janv. 2015, 12:03

Nasdine Hodja a écrit :Le film "Pif, l’envers du gadget" de Guillaume Podrovnik sera diffusé surArte, le samedi 31 janvier 2015 à 21h50, ainsi que dans le cadre du Festival international de la Bande Dessinée d’Angoulême (3 projections dont une en avant-première).
pif-envers-affiche.jpg
Le blog du réalisateur : http://www.podrovnik.com/category/pif-gadget/
merci de l'info :jap:
un documentaire en enregistrer
il y a toujour un PF qui vous manque
pour retrouver la petition sur swing c'est ici
viewtopic.php?t=6129

Avatar du membre
Leo, bete a part
Grand Manitou
Grand Manitou
Messages : 8632
Enregistré le : jeu. 02 mars 2006, 11:48
Localisation : Gif sur Yvette, 91

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par Leo, bete a part » mer. 14 janv. 2015, 15:54

Ouais... :sifl:

Je me permet de mettre ici ce qu'a écrit Artémus sur un mail diffusé aux souscripteur du projet de création de notre film pifesque, par rapport au fait que son idée de documentaire fut quelque peu piquée... :zidane:


... " PS : Dernière chose : je ne commenterai pas le documentaire programmé par Arte fin janvier, intitulé "Pif, l'envers du gadget" (apparemment pour une "case" très spécifique, d'après ce que j'ai cru comprendre). La production de ce film m'a traité avec un mépris assez étonnant, tout en suivant mon projet de loin sans que j'en sache rien, ne me contactant très tard que pour s'assurer que je ne les gênerais pas... (je n'ai pas vu le synopsis et n'ai pas été invité à la projection de presse.... à laquelle je ne serai pas allé de toutes manières).
Cela m'a d'ailleurs coupé l'accès aux chaînes comme Arte et France 5, merci à eux. En revanche je n'ai pas pour habitude de dénigrer un confrère réalisateur et je n'ai strictement aucun a-priori sur son travail. Je lui souhaite d'avoir fait un bon film, sincère et instructif..."


:lol6:
- La vie est courte.
- Utilisons le peu de temps qui nous est imparti pour partager le meilleur de nous mêmes avec ceux que nous aimons.

Avatar du membre
drou
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 13333
Enregistré le : jeu. 04 déc. 2003, 01:00
Localisation : Melrand (56) et aujourd'hui Echillais (17)

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par drou » mer. 14 janv. 2015, 17:45

c'est pas tres sympa de leurs part :cry:
pas glop pas glop :pouce:
il y a toujour un PF qui vous manque
pour retrouver la petition sur swing c'est ici
viewtopic.php?t=6129

Avatar du membre
piflechien75
V.I.P.
V.I.P.
Messages : 775
Enregistré le : sam. 18 oct. 2014, 18:17

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par piflechien75 » jeu. 15 janv. 2015, 01:10

Pas glop du tout ! ! ! :zidane: :zidane: :zidane:

Avatar du membre
Nasdine Hodja
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 12136
Enregistré le : mer. 11 avr. 2007, 00:00

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par Nasdine Hodja » mar. 20 janv. 2015, 18:45

Nasdine Hodja a écrit :Le film "Pif, l’envers du gadget" de Guillaume Podrovnik sera diffusé surArte, le samedi 31 janvier 2015 à 21h50...
L'horaire indiqué sur le site d'Arte n'est pas le même que sur le blog : samedi 31 janvier à 22h20 (52 min).
Ça a débuté comme ça.
Ma liste de recherche.

Avatar du membre
batless
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 16543
Enregistré le : mer. 05 nov. 2008, 18:06
Localisation : auTitty Twister

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par batless » sam. 24 janv. 2015, 08:51

un p'ti blabla sur le film sur Actaubd :
http://www.actuabd.com/+Pif-a-Angouleme-et-sur-Arte+
Avant que je jette tout à la benne, si quelqu'un recherche des "Les années laser", des magazines de jeux Vidéo ou des rock hard (une centaine de dispo, état comme neuf), Mad Movies .... me contacter

Avatar du membre
Tovenaar
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 27404
Enregistré le : mar. 11 avr. 2006, 03:34
Localisation : De vuilnisbak

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par Tovenaar » dim. 25 janv. 2015, 17:36

Leo, bete a part a écrit :Ouais... :sifl:

Je me permet de mettre ici ce qu'a écrit Artémus sur un mail diffusé aux souscripteur du projet de création de notre film pifesque, par rapport au fait que son idée de documentaire fut quelque peu piquée... :zidane:


... " PS : Dernière chose : je ne commenterai pas le documentaire programmé par Arte fin janvier, intitulé "Pif, l'envers du gadget" (apparemment pour une "case" très spécifique, d'après ce que j'ai cru comprendre). La production de ce film m'a traité avec un mépris assez étonnant, tout en suivant mon projet de loin sans que j'en sache rien, ne me contactant très tard que pour s'assurer que je ne les gênerais pas... (je n'ai pas vu le synopsis et n'ai pas été invité à la projection de presse.... à laquelle je ne serai pas allé de toutes manières).
Cela m'a d'ailleurs coupé l'accès aux chaînes comme Arte et France 5, merci à eux. En revanche je n'ai pas pour habitude de dénigrer un confrère réalisateur et je n'ai strictement aucun a priori sur son travail. Je lui souhaite d'avoir fait un bon film, sincère et instructif..."


:lol6:
:jap:
Image

Avatar du membre
Nasdine Hodja
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 12136
Enregistré le : mer. 11 avr. 2007, 00:00

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par Nasdine Hodja » dim. 25 janv. 2015, 18:13

Il y a des tas d'extraits vidéos sur le blog du réalisateur. Ce serait marrant de retrouver l'annonce liée à l’anecdote de Joris Clerté sur les planches de Norma. :lol:
Ça a débuté comme ça.
Ma liste de recherche.

podrovnik
Petit Scarabée
Petit Scarabée
Messages : 3
Enregistré le : sam. 24 janv. 2015, 16:24

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par podrovnik » dim. 25 janv. 2015, 18:55

Leo, bete a part a écrit :Ouais... :sifl:

Je me permet de mettre ici ce qu'a écrit Artémus sur un mail diffusé aux souscripteur du projet de création de notre film pifesque, par rapport au fait que son idée de documentaire fut quelque peu piquée... :zidane:

... " PS : Dernière chose : je ne commenterai pas le documentaire programmé par Arte fin janvier, intitulé "Pif, l'envers du gadget" (apparemment pour une "case" très spécifique, d'après ce que j'ai cru comprendre). La production de ce film m'a traité avec un mépris assez étonnant, tout en suivant mon projet de loin sans que j'en sache rien, ne me contactant très tard que pour s'assurer que je ne les gênerais pas... (je n'ai pas vu le synopsis et n'ai pas été invité à la projection de presse.... à laquelle je ne serai pas allé de toutes manières).
Cela m'a d'ailleurs coupé l'accès aux chaînes comme Arte et France 5, merci à eux. En revanche je n'ai pas pour habitude de dénigrer un confrère réalisateur et je n'ai strictement aucun a-priori sur son travail. Je lui souhaite d'avoir fait un bon film, sincère et instructif..."


:lol6:
Bonjour à tous,
je suis Guillaume Podrovnik, le réalisateur du film en question, et j'ai décidé de m'inscrire pour apporter quelques précisions. Il me semble qu'il est nécessaire de défendre un peu la boite de prod pour qui j'ai travaillé, ce qui est suffisamment rare venant d'un réalisateur pour être noté… Je ne vais pas lancer un débat sans fin, je souhaite juste apporter une seule fois — celle-ci — quelques infos, vous en ferez bien ce que vous voulez, mais j'ai trouvé cette contribution, balancée comme ça, hors contexte, assez injuste et, surtout, fausse.

"son idée de documentaire fut quelque peu piquée". Fausse perception, de plusieurs points de vue.
Le premier, c'est l'historique du projet. Deux auteurs espagnols sont allées voir la société Flach Film pour leur proposer un projet de documentaire sur Arnal. La productrice leur a répondu, fort justement, qu'aucune grande chaîne de télévision française ne prendrait un projet sur un personnage inconnu du grand public, et que si elles souhaitaient pouvoir parler d'Arnal il fallait proposer un sujet plus large et plus familier, donc l'ensemble de l'aventure Pif Gadget.
Le deuxième, qui en découle, est qu'en commençant à faire des recherches sur Pif Gadget, la production s'est effectivement rendue compte qu'il y avait un autre projet de film sur Pif Gadget, celui de Jean-Luc. Ça va certainement vous paraître dur, mais où est le problème? Je m'explique. D'abord, faire un documentaire sur un grand phénomène politique, social ou culturel, n'est vraiment rien de plus qu'une vague idée. Ce qui est protégé par le droit, à juste titre, est une écriture, un certain point de vue, un traitement. Nous n'avons jamais eu plus d'idée de ces aspects du travail de Jean-Luc que lui n'en a eu du mien, ce qui est tout à fait normal, là ç'aurait été du vol, ou à tout le moins malhonnête. Donc lorsqu'il dit "je n'ai pas vu le synopsis", je ne comprends pas bien car c'est assez normal. A moins qu'il ne se considère comme la haute autorité morale par qui l'on est obligé de passer si on veut exprimer quelque opinion que ce soit sous forme filmée sur Pif Gadget, mais je ne vois pas à quel titre. Un synopsis ne concerne évidemment que les auteurs, le producteur, et la chaine qui finance le film.
Il me semble que la raison pour laquelle il a un sentiment de dépossession est dû à la spécificité du sujet. Pif est quelque chose qui touche à notre intime, à notre enfance, etc. Et au temps qu'il y a passé, aux amitiés qu'il a forgées. Ce que je veux faire comprendre, c'est que si l'on transpose à d'autres sujets, on voit mieux que ça n'a pas de sens. Imaginons que mon "idée" ait été de faire un film sur, mettons, Charles De Gaulle. Et tout à coup je m'aperçois qu'il y a un autre film prévu pour une chaîne de télé sur De Gaulle. Personne ne m'a rien "piqué". Cela va de soi que sur un sujet connu du plus grand nombre, je ne vais pas être le seul à avoir l'idée. Si mon idée est (pour prendre un exemple réel d'un film que j'ai fait) les racines mandchoues de la Guerre du Pacifique en 1931, à travers le regard et les archives d'un militaire japonais qui a contribué à déclencher le conflit, ce qui va mener dix ans plus tard à Pearl Harbor… OK, je peux avoir un vrai doute si quelqu'un propose un film sur le même sujet avec les mêmes sources et le même angle. Mais juste "Pif Gadget", ou Spirou, ou De Gaulle, ou l'économie d'Internet, non. C'est à peine une idée.
J'ai été producteur pendant cinq ans avant de me concentrer sur le travail de réalisateur. A un moment, pendant trois mois, j'ai développé avec deux auteurs un projet sur l'économie d'Internet et ses enjeux militaro-industriels. J'adorais ce projet et le traitement que nous avions écrit. Lorsque je suis allé voir Arte avec ce projet, ils m'ont dit que malheureusement, ils venaient de signer un projet avec une autre société de production sur le même sujet et que, même si le traitement était évidemment complètement différent, la chaîne n'allait pas signer deux projets de film sur la même thématique. J'étais extrêmement déçu mais, honnêtement, personne ne m'avait rien volé. Absolument personne. Pas de chance, mauvais timing. On passe à autre chose car, on le sait dans ce milieu, il y a environ un film qui se fait sur dix projets développés. C'est dur mais c'est comme ça. J'ai commencé à travailler sur autre chose. La leçon que j'ai apprise dans cette expérience malheureuse est que dans le milieu de la télévision, il ne faut pas travailler trop longtemps avant de s'assurer de l'engagement d'une chaîne. Sinon la déception peut être lourde.
Donc quand Jean-Luc dit "Cela m'a d'ailleurs coupé l'accès aux chaînes comme Arte et France 5", c'est absolument juste. Mais ce n'est absolument pas contre lui, c'est simplement la réalité de cette industrie. Le coupable n'est pas Flach Film mais le fonctionnement actuel de la télévision en général. Il en est d'ailleurs bien conscient puisque lorsque je l'ai rencontré il m'a dit en avoir assez du fonctionnement de la télé et préférer faire tout lui-même pour garder un contrôle total sur ses œuvres — ce que je trouve plus que respectable.

Jean-Luc dit que ce film est "apparemment pour une "case" très spécifique" puis "La production de ce film m'a traité avec un mépris assez étonnant". Ce qu'il veut dire, en fait, qu'il a exprimé lorsque nous nous sommes rencontrés et qu'il a également dit à ma productrice (ce qui est légèrement moins sympathique vis-à-vis de moi…), est qu'il ne comprend pas pourquoi Flach Film n'a pas fait appel à lui comme réalisateur plutôt qu'à moi (ou d'ailleurs n'importe qui d'autre, je veux continuer à croire qu'il n'y a aucune inimitié personnelle entre nous). La raison en est simple, et découle de ce que j'ai expliqué précédemment. Voici comment fonctionnent les grandes chaines de télévision aujourd'hui (je ne dis pas que c'est bien mais c'est un fait, je vous laisse juges): elles craignent par dessus tout de travailler avec des "primo-réalisateurs". Par primo-réalisateurs elles entendent des gens qui n'ont pas fait de films pour elles (en documentaire, on ne parle que de France Télé, Arte et Canal+) et qui donc, potentiellement, n'en maitrisent pas les codes. Précisément parce que Jean-Luc n'aime pas leurs codes et préfère prendre le temps de faire son documentaire très différemment, sur plusieurs années, et n'est pas identifié comme un réalisateur de leur pool, ça n'aurait probablement jamais marché. C'est certainement injuste mais c'est comme ça que ça fonctionne, pas sur la compétence en tant que tel ou la connaissance exhaustive d'un sujet. En fait de case très spécifique, il s'agit de la case pop-culture d'Arte du samedi soir. Ces spécificités sont donc: 1) quelqu'un qui a travaillé pour Arte, 2) beaucoup d'animations et d'effets visuels, et 3) étant Arte, les contraintes éditoriales relatives à la chaine franco-allemande, à savoir principalement inclure l'Allemagne dans le récit de manière importante, souvent au-delà de son importance pour le sujet en tant que tel, au chausse-pied si nécessaire. Le troisième point illustre très exactement ce qui énerve Jean-Luc avec la télé, une perte relative de contrôle éditorial au profit d'exigences politiques internes à cette industrie, parfois absurdes. Encore une fois, je le comprends et je le respecte absolument. Et fondamentalement je suis assez d'accord.

"tout en suivant mon projet de loin sans que j'en sache rien". Premièrement je suis désolé de dire que c'est faux car nous avions vraiment autre chose à faire — d'autant que je ne sais pas trop ce qu'il y avait à suivre: à ce jour je ne sais quasiment rien de son projet à part ce qu'il m'a dit lui-même de vive voix. Deuxièmement, comme me l'a d'ailleurs dit Jean-Luc, à partir du moment où on met des choses publiquement sur Internet, il est difficile de reprocher aux gens qui s'intéressent à un sujet pour x ou y raisons de… les lire. Il ne me semble pas qu'il y ait de règle implicite selon laquelle on doit écrire à tous les sites qu'on visite pour leur dire qu'on les a visités. Ou alors il prend Flach Film pour la NSA ce qui, à ce que je sache, est faux…

"ne me contactant très tard que pour s'assurer que je ne les gênerais pas"
Cette interprétation est erronée. Ce qui s'est passé, c'est que plusieurs des anciens de Pif que j'ai contactés m'ont dit qu'ils ne souhaitaient pas participer pour ne pas faire de l'ombre à leur ami Jean-Luc. Là encore, tout à fait respectable de la part de ces gens, mais bien sûr un peu gênant pour moi. Ce qui m'a d'ailleurs obligé à réorienter le film en l'axant plus sur l'héritage et la transmission que sur l'historique lui-même. Richard Medioni m'a dit quelque chose d'un peu différent: il acceptait de m'aider pour les archives mais il n'accepterait en revanche de me parler seulement si Jean-Luc était d'accord. J'ai donc rencontré Jean-Luc car à ce stade il me semblait important d'interviewer Medioni. Je n'ai pas eu de réponse très claire mais pas non plus de fin de non-recevoir. Et, finalement, Richard Medioni m'a dit qu'il ne souhaitait plus m'aider pour les archives, que je n'avais qu'à me débrouiller avec les autres intervenants du film qui avaient accepté de me parler, et qu'il était hors de questions qu'il me parle, et qu'on était "en compétition" — ce qui m'a semblé absurde mais pas complètement étonnant venant d'un homme qui semble avoir décidé d'incarner à lui tout seul l'histoire et l'héritage de Pif Gadget. Voilà, donc, ce qui s'est en fait passé.

"je n'ai pas été invité à la projection de presse.... à laquelle je ne serai pas allé de toutes manières"
Bon ben, oui, donc… euh… Ceci explique peut-être cela? C'est un peu comme dire "C'est une honte, on ne m'a pas invité à ce restau spécialisé dans les côtes de bœuf, où je ne serais de toutes façons pas allé parce que je suis végétarien et tout le monde le sait". Je pense que qui que ce soit d'à peu près sain d'esprit comprendra qu'inviter Jean-Luc était vain. Mais bon, je peux comprendre le plaisir infini de recevoir des cartons d'invitation pour rien.

Enfin, "Je lui souhaite d'avoir fait un bon film, sincère et instructif..."
Et moi aussi, et je suis sûr que les deux films n'auront strictement rien à voir, de part nos sensibilités, nos procédés, les contraintes artistiques qu'il y a à la télévision et qu'il n'a pas, ces contacts et archives, etc, etc. En plus en tant qu'ancien dessinateur moi-même, je n'ai aucune fascination pour les dessinateurs et je pense que ça se ressent dans mon film. Je pense au contraire que Jean-Luc a un vrai amour pour la BD. Et que pour les gens qui s'intéressent à Pif, les deux films seront totalement complémentaires ou, simplement, complètement différents.

Voilà, je voulais faire cette petite mise au point.

Guillaume Podrovnik

podrovnik
Petit Scarabée
Petit Scarabée
Messages : 3
Enregistré le : sam. 24 janv. 2015, 16:24

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par podrovnik » dim. 25 janv. 2015, 18:57

Nasdine Hodja a écrit :Il y a des tas d'extraits vidéos sur le blog du réalisateur. Ce serait marrant de retrouver l'annonce liée à l’anecdote de Joris Clerté sur les planches de Norma. :lol:
Bonne chance! On ne l'a jamais retrouvée. Et Norma m'a confirmé l'anecdote mais ne sait plus non plus.

Avatar du membre
xianxian
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1771
Enregistré le : jeu. 25 févr. 2010, 12:41
Localisation : Over the rainbow
Contact :

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par xianxian » mar. 27 janv. 2015, 10:09

Le documentaire est disponible en ligne sur le site Arte
(et récupérable en HD avec un petit outil web !!!)

Vu 20mn, c'est bien avec pas mal de document d'époque.
Je le trouve assez classique, un peu académique,
je pense que le docu de Jean Luc Muller sera plus rock n'roll
et que les 2 seront complémentaires, à l'arrivée

Avatar du membre
jafi
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1905
Enregistré le : dim. 26 févr. 2006, 14:53
Localisation : 89-Yonne

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par jafi » mar. 27 janv. 2015, 11:48

J'enregistrais donc sur ARTE et j'attends avec impatience le film d'ARTEMUS
Recherche BD et PF ARTHUR LE FANTOME.
Découvrez le comic VO HACK-SLASH de Tim Seeley. 13 recueils en TPB et une fin !

Avatar du membre
batless
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 16543
Enregistré le : mer. 05 nov. 2008, 18:06
Localisation : auTitty Twister

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par batless » mar. 27 janv. 2015, 12:47

xianxian a écrit :Le documentaire est disponible en ligne sur le site Arte
(et récupérable en HD avec un petit outil web !!!)
je vais me mater ça :pouce:
sankyou
Avant que je jette tout à la benne, si quelqu'un recherche des "Les années laser", des magazines de jeux Vidéo ou des rock hard (une centaine de dispo, état comme neuf), Mad Movies .... me contacter

Avatar du membre
xianxian
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1771
Enregistré le : jeu. 25 févr. 2010, 12:41
Localisation : Over the rainbow
Contact :

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par xianxian » mar. 27 janv. 2015, 13:18

le lien pour ceux qui ne google pas bien :

http://creative.arte.tv/fr/pif-bazar

Avatar du membre
Artemus
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1265
Enregistré le : jeu. 18 nov. 2004, 10:36
Localisation : Hyper-espace... mais pas trop loin d'un supermarché, quand même.

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par Artemus » ven. 30 janv. 2015, 12:30

Hello à tous.
Je déteste les polémiques stériles et les procès d'intention, etc…
Je me permets, puisque je suis mentionné dans un message précédent (et que par ailleurs je suis assailli de messages et coups de téléphone depuis quelques jours, et encore plus depuis la diffusion d'un sujet sur France Inter ce matin) de recopier ici un bout de message déjà posté ailleurs :

Un certain nombre d'internautes, mais aussi d'anciens auteurs, rédacteurs ou simplement lecteurs de Pif-gadget m'appellent ou m'écrivent pour me demander si le doc diffusé sur Arte demain (et dont on parlait sur France Inter ce matin) a un rapport avec mon film en préparation depuis 4 ans sur le sujet (qui englobe toute l'aventure de "Vaillant" et "Pif-gadget")...
La réponse est : NON.
Au contraire !
La nouvelle d'un film en préparation pour Arte a déboulé alors que j'étais aux 2/3 de mes tournages… avec une "bande-annonce" en ligne depuis 1 an 1/2 pour susciter l'intérêt des anciens lecteurs, trouver des financements, avant d'être contraint de me plier aux exigences du futur diffuseur envisagé (Arte, France 5, France 2…). J'avais subi par le passé cette douloureuse mésaventure, de me retrouver contraint de réaliser un doc sans pouvoir accéder à toutes les infos le .. documentant, et une fois diffusé, en être dépossédé complètement ! Le pire : découvrir que le film ne sera pas rediffusé parce que les droits de certaines archives n'ont pas été négociées pour une durée suffisante ! Hors de question que ça m'arrive encore, et c'est pourquoi je fais en sorte depuis quelques années de créer le maximum d'images "d'archives" sur ce projet, que je puisse ensuite exploiter sans trop de contraintes.

Le réalisateur de cet autre film m'a contacté en juin dernier, au moment où je lançais une campagne participative pour soutenir mon projet et boucler les tournages en indépendance - qui a d'ailleurs beaucoup mobilisé les lecteurs. Il n'avait sans doute pas trop envie de me rencontrer (sa productrice m'a ensuite avoué qu'elle suivait mon travail depuis un an sans jamais chercher à me contacter…!!) mais y a été un peu contraint car en contactant mes intervenants, il avait droit souvent à un "allez voir Jean-Luc Muller, qui travaille depuis un moment sur le sujet". J'ai découvert l'existence de ce film ce jour-là. Le réalisateur et la productrice m'ont tenu ensuite un discours dans l'esprit de : "nous sommes complémentaires, notre film n'étant pas historique", et patati et patata…
Elle m'a même lancé (assez cyniquement je trouve) "ça pourra même vous faire de la pub"… (Je préfère ne pas commenter).
Résultat : je découvre le teaser de leur docu il y a 10 jours, et j'ai ensuite visionné la chose sur le net. 20% de leur film correspond notamment aux archives et thèmes qui sont soit déjà tournés, soit prévus pour le mien….et pire : depuis juin, je ne peux plus proposer mon projet à une chaîne publique…
(je ne fais pas de procès d'intention, notez-le : Arte a largement communiqué sur son doc auprès des programmateurs, comme c'est habituellement le cas, et les responsables de programmes des autres chaînes ne voient simplement pas l'intérêt dans leur grille de proposer ce qu'ils considèrent comme un "autre documentaire sur le même sujet"…)
Certains ironisent en me disant qu'à force de faire traîner, je me suis fait doubler. C'est assez con (même s'il y a un peu de vrai) mais de mon côté j'ai suivi ma ligne et le projet du film s'est installé progressivement, notamment en suivant le travail avec "Période rouge", que j'alimentais régulièrement en vidéos. Je me suis posé la question d'un vrai "film" sur toute l'histoire des éditions Vaillant, quAPRES avoir réalisé des sujets sur Kamb, Chéret, Forton, etc… car au départ (vers 2008-2009) je pensais simplement réaliser un webdoc centré sur quelques personnages.
Ce qui est tristement ironique, c'est que Guillaume Podrovnik, le réalisateur, inquiet de mon amitié réelle avec les auteurs que j'avais rencontrés et interviewés au fil des ans, m'avait envoyé un mail teinté d'inquiétude, souhaitant que je ne contrarie pas son travail... Ben non, mon gars, je n'ai empêché PERSONNE de participer à ton film ! C'est contraire à mes principes ! Ce sont les auteurs ou rédacteurs qui m'appelaient pour me dire qu'ils n'avaient pas envie de le faire ! Quand certains me posaient la question, je leur répondais "vous faites comme vous sentez, parce qu'évidemment c'est quand même pour Arte…". J'ai même téléphoné à Georges RIEU (créateur de la formule "Pif-gadget"), qu'il serait contacté sans doute par une production pour Arte. Comme je l'avais déjà interviewé et que nous sommes restés en relation, je ne voulais pas qu'ils pense que c'était la même chose étant donné qu'il vit un peu isolé. A un moment donné, quand ça devient le bordel….ça devient le bordel. Claude Gendrot m'avait écrit lui aussi. Tout ce que je lui ai demandé, c'est que s'il participait au film de Guillaume, au moins il me permettrait de boucler nos entretiens à nous, prévus quelques semaines plus tard. En réponse, il m'a juste laissé un texto pour m'informer que ça ne l'intéressait pas de participer à 2 films sur le même sujet, et qu'il avait été agacé de la manière dont Arte l'avait relancé plusieurs fois. (je ne l'ai évidemment obligé à rien du tout !) Idem pour la fille d'Hugo Pratt, qui m'a écrit pour me dire qu'elle ne voulait pas y participer, puisque je l'avais déjà interviewée. Ma réponse (elle confirmera), a été de lui dire que ça ne changeait rien pour moi et qu'elle n'avait pas à laisser passer une occasion d'évoquer son père. Après, elle a juste renvoyé un message confirmant qu'elle ne changeait pas d'avis.
Le plus cocasse (si on veut) c'est que de mon côté, certaines personnes que je devais interviewer n'étaient soudain plus très joignables.

Je tiens au passage à préciser une chose : il est hors de question pour moi de dénigrer la réalisation du film de ce confrère réalisateur. Il a réalisé "son" film, avec son style et les contraintes de la grille d'Arte, j'imagine, et le résultat est tout-à-fait cohérent et de qualité, surtout dans ce contexte. Je n'ai pas à porter de jugement sur son travail, dans ma situation, et quand je poste un message (sur la page Facebook liée au projet du film par exemple) je supprime les commentaires que je juge désobligeants ou insultants à l'égard de son film. Il a eu à travailler avec ses contraintes à lui (et celle de la case prévue) et sa vision d'un documentaire sur ce sujet. Je me tiens à ma ligne de conduite depuis le départ. En revanche, je peux à l'occasion être beaucoup moins poli à l'égard de la production, mais c'est une autre histoire.

Le crowdfunding (avec touscoprod.com) l'été dernier, a bénéficié d'un large soutien des "anciens" de Pif-gadget, à commencer par ses principaux rédacteurs en chef (dont le créateur de la formule "Pif-gadget" lui-même, et aussi l'ancien rédacteur en chef, auteur des ouvrages de référence sur le sujet) mais aussi les auteurs ou dessinateurs de Rahan, Gai-Luron, Pif et Hercule, Loup-Noir, Dicentim le petit Franc, Le Concombre masqué, La Jungle en folie, Sylvio, Nasdine Hodja, Placid et Muzo, et bien d'autres… Ils seront dans mon film, qui a pour ambition de raconter un demi-siècle d'évolution de la vie des enfants qui étaient les lecteurs de "Vaillant" et "Pif-gadget", en évoquant l'envers du décor, le contexte social… mais surtout le contenu du journal lui-même et ceux qui l'ont fait. (non, il ne s'agissait pas d'un "film pour spécialistes, axé uniquement sur les dessinateurs" - mes travaux avec les auteurs et dessinateurs étaient un préalable, en préparation de mon travail)
J'ambitionnais de réaliser (depuis des années que je me ruine littéralement pour accumuler archives et entretiens hors de toute contrainte de "grille de programmes" ou de calendrier), à la fois un grand documentaire (idéalement en 2 parties) destiné à une chaîne du service public, remonté évidemment pour correspondre à leurs besoins, tout en réalisant le documentaire "idéal" à la fois plus riche et plus complet, presque exhaustif, dans une version de près de 4 h (en plusieurs "époques") et diffusé uniquement en coffret DVD, accompagné d'un livret illustré notamment par les anciens de Pif-gadget…
Eh bien voilà : je me retrouve depuis l'été dernier un peu contraint de ne mettre en oeuvre que la 2e partie de mon projet… mais sans le financement apporté par le diffuseur de la version documentaire TV !
Je me bats depuis 7 mois pour chercher une solution alternative. Entretemps, Jacques KAMB et moi avons réalisé un petit recueil des aventures et gags de son célèbre personnage de "Dicentim le petit Franc", qui était une manière originale de soutenir mon projet, tout en permettant à cet auteur, publié dans Vaillant et Pif pendant 40 ans, de faire plaisir encore une fois à son public d'anciens lecteurs de Pif-gadget, tout en lui offrant un petit coup de projecteur bienvenu.
Je suis sur la piste d'un éventuel "mécène", mais c'est hautement hypothétique. Et je relance les anciens lecteurs pour essayer de poursuivre ce travail immense en leur suggérant de participer à ce complément de souscription.
Un blog a été créé il y a plus de 2 ans, donnant des nouvelles de l'avancement du projet (retardé plusieurs fois, notamment en raison de l'état de santé de 2 intervenants essentiels, que je me devais impérativement d'avoir dans le film) et sur cette page (ci-dessous), vous trouverez l'appel à souscription, que je vous invite à partager largement.
Je remercie tous ceux qui me soutiennent depuis des mois (ils se reconnaîtront !!!). L'amitié, ce n'est heureusement pas seulement un mot.
Voici la page de blog du projet, ouvrant aux souscriptions. En navigant dans le blog lui-même, vous découvrirez quelques infos et documents intéressants, permettant d'en savoir plus sur mes recherches, sur quelques-uns des "personnages" du film et des documents qu'il pourra contenir :
http://vaillant-film.blogspot.fr/2014/1 ... suite.html
(les souscripteurs recevront lorsqu'il sera réalisé le coffret 2 DVD et son livret illustré, tout en s'abonnant du même coup à la newsletter leur dévoilant régulièrement des séquences et documents exclusifs)
Allez aussi voir la page Facebook du projet du film :
https://www.facebook.com/pif.film

Bises à tous !
Modifié en dernier par Artemus le ven. 30 janv. 2015, 17:58, modifié 2 fois.
Le journal de bord du projet de film : http://vaillant-film.blogspot.fr
Mon p'tit blog plein d'images qui bougent : http://mandrake-de-paris.blogspot.com

Tout est dans tout, et réciproquement.
Sauf la béchamel, ça va de soi.

Avatar du membre
Artemus
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Messages : 1265
Enregistré le : jeu. 18 nov. 2004, 10:36
Localisation : Hyper-espace... mais pas trop loin d'un supermarché, quand même.

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par Artemus » ven. 30 janv. 2015, 12:35

Artemus a écrit :Hello à tous.
Je déteste les polémiques stériles et les procès d'intention, etc…
Je me permets, puisque je suis mentionné dans un message précédent (et que par ailleurs je suis assailli de messages et coups de téléphone depuis quelques jours, et encore plus depuis la diffusion d'un sujet sur France Inter ce matin) de recopier ici un bout de message déjà posté ailleurs :

Un certain nombre d'internautes, mais aussi d'anciens auteurs, rédacteurs ou simplement lecteurs de Pif-gadget m'appellent ou m'écrivent pour me demander si le doc diffusé sur Arte demain (et dont on parlait sur France Inter ce matin) a un rapport avec mon film en préparation depuis 4 ans sur le sujet (qui englobe toute l'aventure de "Vaillant" et "Pif-gadget")...
La réponse est : NON.
Au contraire !
La nouvelle d'un film en préparation pour Arte a déboulé alors que j'étais aux 2/3 de mes tournages… avec une "bande-annonce" en ligne depuis 1 an 1/2 pour susciter l'intérêt des anciens lecteurs, trouver des financements, avant d'être contraint de me plier aux exigences du futur diffuseur envisagé (Arte, France 5, France 2…). J'avais subi par le passé cette douloureuse mésaventure, de me retrouver contraint de réaliser un doc sans pouvoir accéder à toutes les infos le .. documentant, et une fois diffusé, en être dépossédé complètement ! Le pire : découvrir que le film ne sera pas rediffusé parce que les droits de certaines archives n'ont pas été négociées pour une durée suffisante ! Hors de question que ça m'arrive encore, et c'est pourquoi je fais en sorte depuis quelques années de créer le maximum d'images "d'archives" sur ce projet, que je puisse ensuite exploiter sans trop de contraintes.

Le réalisateur de cet autre film m'a contacté en juin dernier, au moment où je lançais une campagne participative pour soutenir mon projet et boucler les tournages en indépendance - qui a d'ailleurs beaucoup mobilisé les lecteurs. Il n'avait sans doute pas trop envie de me rencontrer (sa productrice m'a ensuite avoué qu'elle suivait mon travail depuis un an sans jamais chercher à me contacter…!!) mais y a été un peu contraint car en contactant mes intervenants, il avait droit souvent à un "allez voir Jean-Luc Muller, qui travaille depuis un moment sur le sujet". J'ai découvert l'existence de ce film ce jour-là. Le réalisateur et la productrice m'ont tenu ensuite un discours dans l'esprit de : "nous sommes complémentaires, notre film n'étant pas historique", et patati et patata…
Elle m'a même lancé (assez cyniquement je trouve) "ça pourra même vous faire de la pub"… (Je préfère ne pas commenter).
Résultat : je découvre le teaser de leur docu il y a 10 jours, et j'ai ensuite visionné la chose sur le net. 20% de leur film correspond notamment aux archives et thèmes qui sont soit déjà tournés, soit prévus pour le mien….et pire : depuis juin, je ne peux plus proposer mon projet à une chaîne publique…
(je ne fais pas de procès d'intention, notez-le : Arte a largement communiqué sur son doc auprès des programmateurs, comme c'est habituellement le cas, et les responsables de programmes des autres chaînes ne voient simplement pas l'intérêt dans leur grille de proposer ce qu'ils considèrent comme un "autre documentaire sur le même sujet"…)
Certains ironisent en me disant qu'à force de faire traîner, je me suis fait doubler. C'est assez con (même s'il y a un peu de vrai) mais de mon côté j'ai suivi ma ligne et le projet du film s'est installé progressivement, notamment en suivant le travail avec "Période rouge", que j'alimentais régulièrement en vidéos. Je me suis posé la question d'un vrai "film" sur toute l'histoire des éditions Vaillant, quAPRES avoir réalisé des sujets sur Kamb, Chéret, Forton, etc… car au départ (vers 2008-2009) je pensais simplement réaliser un webdoc centré sur quelques personnages.
Ce qui est tristement ironique, c'est que Guillaume Podrovnik, le réalisateur, inquiet de mon amitié réelle avec les auteurs que j'avais rencontrés et interviewés au fil des ans, m'avait envoyé un mail teinté d'inquiétude, souhaitant que je ne contrarie pas son travail... Ben non, mon gars, je n'ai empêché PERSONNE de participer à ton film ! C'est contraire à mes principes ! Ce sont les auteurs ou rédacteurs qui m'appelaient pour me dire qu'ils n'avaient pas envie de le faire ! Quand certains me posaient la question, je leur répondais "vous faites comme vous sentez, parce qu'évidemment c'est quand même pour Arte…". J'ai même téléphoné à Georges RIEU (créateur de la formule "Pif-gadget"), qu'il serait contacté sans doute par une production pour Arte. Comme je l'avais déjà interviewé et que nous sommes restés en relation, je ne voulais pas qu'ils pense que c'était la même chose étant donné qu'il vit un peu isolé. A un moment donné, quand ça devient le bordel….ça devient le bordel. Claude Gendrot m'avait écrit lui aussi. Tout ce que je lui ai demandé, c'est que s'il participait au film de Guillaume, au moins il me permettrait de boucler nos entretiens à nous, prévus quelques semaines plus tard. En réponse, il m'a juste laissé un texto pour m'informer que ça ne l'intéressait pas de participer à 2 films sur le même sujet, et qu'il avait été agacé de la manière dont Arte l'avait relancé plusieurs fois. (je ne l'ai évidemment obligé à rien du tout !) Idem pour la fille d'Hugo Pratt, qui m'a écrit pour me dire qu'elle ne voulait pas y participer, puisque je l'avais déjà interviewée. Ma réponse (elle confirmera), a été de lui dire que ça ne changeait rien pour moi et qu'elle n'avait pas à laisser passer une occasion d'évoquer son père. Après, elle a juste renvoyé un message confirmant qu'elle ne changeait pas d'avis.
Le plus cocasse (si on veut) c'est que de mon côté, certaines personnes que je devais interviewer n'étaient soudain plus très joignables.

Je tiens au passage à préciser une chose : il est hors de question pour moi de dénigrer la réalisation du film de ce confrère réalisateur. Il a réalisé "son" film, avec son style et les contraintes de la grille d'Arte, j'imagine, et le résultat est tout-à-fait cohérent et de qualité, surtout dans ce contexte. Je n'ai pas à porter de jugement sur son travail, dans ma situation, et quand je poste un message (sur la page Facebook liée au projet du film par exemple) je supprime les commentaires que je juge désobligeants ou insultants à l'égard de son film. Il a eu à travailler avec ses contraintes à lui (et celle de la case prévue) et sa vision d'un documentaire sur ce sujet. Je me tiens à ma ligne de conduite depuis le départ. En revanche, je peux à l'occasion être beaucoup moins poli à l'égard de la production, mais c'est une autre histoire.

Le crowdfunding (avec touscoprod.com) l'été dernier, a bénéficié d'un large soutien des "anciens" de Pif-gadget, à commencer par ses principaux rédacteurs en chef (dont le créateur de la formule "Pif-gadget" lui-même, et aussi l'ancien rédacteur en chef, auteur des ouvrages de référence sur le sujet) mais aussi les auteurs ou dessinateurs de Rahan, Gai-Luron, Pif et Hercule, Loup-Noir, Dicentim le petit Franc, Le Concombre masqué, La Jungle en folie, Sylvio, Nasdine Hodja, Placid et Muzo, et bien d'autres… Ils seront dans mon film, qui a pour ambition de raconter un demi-siècle d'évolution de la vie des enfants qui étaient les lecteurs de "Vaillant" et "Pif-gadget", en évoquant l'envers du décor, le contexte social… mais surtout le contenu du journal lui-même et ceux qui l'ont fait. (non, il ne s'agissait pas d'un "film pour spécialistes, axé uniquement sur les dessinateurs" - mes travaux avec les auteurs et dessinateurs étaient un préalable, en préparation de mon travail)
J'ambitionnais de réaliser (depuis des années que je me ruine littéralement pour accumuler archives et entretiens hors de toute contrainte de "grille de programmes" ou de calendrier), à la fois un grand documentaire (idéalement en 2 parties) destiné à une chaîne du service public, remonté évidemment pour correspondre à leurs besoins, tout en réalisant le documentaire "idéal" à la fois plus riche et plus complet, presque exhaustif, dans une version de près de 4 h (en plusieurs "époques") et diffusé uniquement en coffret DVD, accompagné d'un livret illustré notamment par les anciens de Pif-gadget…
Eh bien voilà : je me retrouve depuis l'été dernier un peu contraint de ne mettre en oeuvre que la 2e partie de mon projet… mais sans le financement apporté par le diffuseur de la version documentaire TV !
Je me bats depuis 7 mois pour chercher une solution alternative. Entretemps, Jacques KAMB et moi avons réalisé un petit recueil des aventures et gags de son célèbre personnage de "Dicentim le petit Franc", qui était une manière originale de soutenir mon projet, tout en permettant à cet auteur, publié dans Vaillant et Pif pendant 40 ans, de faire plaisir encore une fois à son public d'anciens lecteurs de Pif-gadget, tout en lui offrant un petit coup de projecteur bienvenu.
Je suis sur la piste d'un éventuel "mécène", mais c'est hautement hypothétique. Et je relance les anciens lecteurs pour essayer de poursuivre ce travail immense en leur suggérant de participer à ce complément de souscription.
Un blog a été créé il y a plus de 2 ans, donnant des nouvelles de l'avancement du projet (retardé plusieurs fois, notamment en raison de l'état de santé de 2 intervenants essentiels, que je me devais impérativement d'avoir dans le film) et sur cette page (ci-dessous), vous trouverez l'appel à souscription, que je vous invite à partager largement.
Je remercie tous ceux qui me soutiennent depuis des mois (ils se reconnaîtront !!!). L'amitié, ce n'est heureusement pas seulement un mot.
Voici la page de blog du projet, ouvrant aux souscriptions. En navigant dans le blog lui-même, vous découvrirez quelques infos et documents intéressants, permettant d'en savoir plus sur mes recherches, sur quelques-uns des "personnages" du film et des documents qu'il pourra contenir :
http://vaillant-film.blogspot.fr/2014/1 ... suite.html
(les souscripteurs recevront lorsqu'il sera réalisé le coffret 2 DVD et son livret illustré, tout en s'abonnant du même coup à la newsletter leur dévoilant régulièrement des séquences et documents exclusifs)
Allez aussi voir la page Facebook du projet du film :
https://www.facebook.com/pif.film

Bises à tous !
Le journal de bord du projet de film : http://vaillant-film.blogspot.fr
Mon p'tit blog plein d'images qui bougent : http://mandrake-de-paris.blogspot.com

Tout est dans tout, et réciproquement.
Sauf la béchamel, ça va de soi.

Avatar du membre
batless
Maître Jedi
Maître Jedi
Messages : 16543
Enregistré le : mer. 05 nov. 2008, 18:06
Localisation : auTitty Twister

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par batless » ven. 30 janv. 2015, 15:59

J'ai regardé le doc et j'ai bien aimé (marrant de voir Michel Gondry)
La partie sur le nouveau Yps m'a le plus intéressé. Ils ont tout compris les allemands (comme d'habitude remarquez)
Certains commentaires sont pathétiques, comme la nana qui te sort que Mickey c'est illisible et Astrapi à chier car cato.
Je ne savais pas que Pif était communiste dans les années 80 quand j'étais gamin. Et sérieux, je n'en ai toujours rien à battre. Quand j'ai acheté tous les numéros du nouveau Pif de 2004, c'est parce que j'aimais les bds. Mais si tu suis la logique de l'imbXXXX citée plus haut, je n'en aurais même pas acheté un numéro, parce que c'était communiste. Un bouquin est bien, parce qu'il nous plait, pas parce que nos parents disent qu'il est bien, parce qu'une idéologie le dit ou parce que ça fait bien de le lire.

Edit : J'oubliais un bon point : la voix d'Emmanuel Curtil qui n'en fait pas trop (car des fois c'est le cas hélas, même si j'aime beaucoup ce doubleur) .D'ailleurs par moment on peine à le reconnaitre
Avant que je jette tout à la benne, si quelqu'un recherche des "Les années laser", des magazines de jeux Vidéo ou des rock hard (une centaine de dispo, état comme neuf), Mad Movies .... me contacter

Jean-Louis
Manitou
Manitou
Messages : 7027
Enregistré le : mer. 27 août 2003, 02:00

Re: Pif, l’envers du gadget

Message par Jean-Louis » sam. 31 janv. 2015, 04:15

Artemus a écrit : Un certain nombre d'internautes, mais aussi d'anciens auteurs, rédacteurs ou simplement lecteurs de Pif-gadget m'appellent ou m'écrivent pour me demander si le doc diffusé sur Arte demain (et dont on parlait sur France Inter ce matin) a un rapport avec mon film en préparation depuis 4 ans sur le sujet (qui englobe toute l'aventure de "Vaillant" et "Pif-gadget")...
La réponse est : NON.
Au contraire !
La nouvelle d'un film en préparation pour Arte a déboulé alors que j'étais aux 2/3 de mes tournages… avec une "bande-annonce" en ligne depuis 1 an 1/2 pour susciter l'intérêt des anciens lecteurs, trouver des financements, avant d'être contraint de me plier aux exigences du futur diffuseur envisagé (Arte, France 5, France 2…).
C'est malheureusement la loi du genre : en télé, il faut être rapide, et verrouiller très tôt la diffusion, bien avant la finalisation de l'ouvrage ; sinon on risque de se faire griller par un réalisateur plus vif, comme ici. :deso:

Il reste la solution de diffuser le film 'par la bande', sous forme de DVD, vendu dans les salons BD, et par correspondance...

Répondre

Retourner vers « Ils en ont parlé... »