L'intégrale de FANTAX: ça démarre!!!!

Tout ce que vous voulez savoir sur les Petits Formats et sur la BD populaire est ici.
Retrouvez également l'actualité des Fumetti en France, les projets des éditeurs sans oublier les fanzines dédiés.
De Akim à Zagor en passant par Tex Willer, Mister No ou Blek le Roc, c'est ici que ça se passe !!
Répondre
Avatar du membre
Tanguy
Compagnon
Compagnon
Enregistré le : mar. 26 août 2008, 14:39
Localisation : Nice
Contact :

Message par Tanguy »

Une nouvelle photocopie en vente sur eBay :

http://cgi.ebay.fr/Fantax-N-1-le-gentle ... 0269118294

Il faudrait peut-être que Raoul aille ramener sa science sur eBay...
Le club de l'audace

Avatar du membre
Tovenaar
Maître Jedi
Maître Jedi
Enregistré le : mar. 11 avr. 2006, 03:34
Localisation : De Tovenarij

Message par Tovenaar »

Tanguy a écrit :Une nouvelle photocopie en vente sur eBay :

http://cgi.ebay.fr/Fantax-N-1-le-gentle ... 0269118294

Il faudrait peut-être que Raoul aille ramener sa science sur eBay...
J'aimerais que quelqu'un d'autre que moi signale cet "objet" comme contrefaçon.

Je l'ai déjà fait une fois, il ne faudrait pas qu'on me prenne pour un acharné ne visant que les contrefaçons de Fantax.

:wink:
Don't Cast Pearls Before Swine Image Empty Vessels Make Most Noise

Avatar du membre
Tanguy
Compagnon
Compagnon
Enregistré le : mar. 26 août 2008, 14:39
Localisation : Nice
Contact :

Message par Tanguy »

Ne t'en fais Prof TNJ. :wink:
Je viens de le signaler à eBay. Affaire à suivre.
Le club de l'audace

Avatar du membre
jafi
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Enregistré le : dim. 26 févr. 2006, 14:53
Localisation : 89-Yonne

Message par jafi »

:zidane: Je suis effaré par le nombre de messages qui "légifèrent" sur le et/ou les droits de.... BLABLABLA.
Je trouve que tout cela pollue cette rubrique fondée sur une envie de faire perdurer une oeuvre que personnellement je ne connaissait pas et que la grande majorité de lecteur de BD ne connait plus . Je pense même que l'histoire des éditions CHOTT (censure, etc..) est plus interressante que les histoires de Fantax.

Donc en fait je souscrit +1 rien que pour "embêter" ceux que ça "embètera" de savoir qu'une oeuvre vat perdurer.

On ne parle pas de "droits" sur des milliers/millions d'euro, FANTAX c'est pas TINTIN©. Cette réédition vat "plafoner" a quoi ? 300/500 exemplaires
Je crois même que tout "petit" auteur/scénariste/editeur préfèrera savoir qu'il y a encore des rééditions quelquepart à .....RIEN

Pour moi tous ces intervenants "législatif" préfèrent le "RIEN à "LA DUREE".
C'est dit avec mes mots, j'arrete de lire et poster sur cette rubrique, je me référerais au site internet CHOTT pour les futures informations.
:blll: JE SOUSCRIS :blll: FANTAX continura de vivre dans un rayon de ma bibliothèque ! :blll:
Recherche BD et PF ARTHUR LE FANTOME.
Découvrez le comic VO HACK-SLASH de Tim Seeley. 13 recueils en TPB et une fin !

Avatar du membre
Gydek
Passionné(e)
Passionné(e)
Enregistré le : jeu. 10 août 2006, 21:20
Contact :

Message par Gydek »

jafi a écrit ::zidane: Je suis effaré par le nombre de messages qui "légifèrent" sur le et/ou les droits de.... BLABLABLA.
Je trouve que tout cela pollue cette rubrique fondée sur une envie de faire perdurer une oeuvre que personnellement je ne connaissait pas et que la grande majorité de lecteur de BD ne connait plus . Je pense même que l'histoire des éditions CHOTT (censure, etc..) est plus interressante que les histoires de Fantax.

Donc en fait je souscrit +1 rien que pour "embêter" ceux que ça "embètera" de savoir qu'une oeuvre vat perdurer.

On ne parle pas de "droits" sur des milliers/millions d'euro, FANTAX c'est pas TINTIN©. Cette réédition vat "plafoner" a quoi ? 300/500 exemplaires
Je crois même que tout "petit" auteur/scénariste/editeur préfèrera savoir qu'il y a encore des rééditions quelquepart à .....RIEN

Pour moi tous ces intervenants "législatif" préfèrent le "RIEN à "LA DUREE".
C'est dit avec mes mots, j'arrete de lire et poster sur cette rubrique, je me référerais au site internet CHOTT pour les futures informations.
:blll: JE SOUSCRIS :blll: FANTAX continura de vivre dans un rayon de ma bibliothèque ! :blll:
Cher ami, nous soutenons tous ce projet prometteur et le propre d'un forum est précisément de proposer une certaine liberté d'avis et d'expression de connaissances. C'est ce que chacun fait avec les compétences qui sont les siennes, le droit en faisant partie.
Si JMF2 et moi différons sur certains points de vue, cela n'est que richesse et l'important est de soutenir la réédition de Fantax, ce que nous faisons tous. Bien sûr, le site officiel de Fantax est notre référence et ce forum n'a aucune prétention de ce type, il s'agit de deux choses différentes. Je crois que tu te trompes en considérant ce projet comme une petite initiative fanzineuse à quelques centaines de copies. La multiplication de copies pirates (qui bien étonnement ne soulèvent guère d'indignation de la part de l'intervenant "Raoul" :D ) montre bien qu'il y a un créneau à occuper. Et le souci professionnel et "bien assis" de Tanguy de le mener, dans un cadre balisé légal et sérieux, est un plus et non un moins. :wink:
Dès le moment où nous assistons à un crachat dans la soupe d'un intervenant qui semble bien n'être pas un quidam lambda, il est logique que les partisans du projet tentent de le protéger par le biais d'un terrain qui en vaut bien d'autres et qui est celui du droit. :wink:
Vous pouvez acheter l'album du "Maugré" à 5,00 €uros (+ port), avec dédicace personnalisée à la demande, en contactant l'auteur à l'adresse ci-dessous:
guydedecker@yahoo.fr
http://www.guydedecker.com

Avatar du membre
Gydek
Passionné(e)
Passionné(e)
Enregistré le : jeu. 10 août 2006, 21:20
Contact :

Message par Gydek »

jmf² a écrit :
En l’occurrence, le décideur, le patron, l'éditeur et le dessinateur sont la même et unique personne. Nous devons donc analyser les actions de Chott sous plusieurs angles « contradictoires ».¨
les angles ne sont pas forcément contradictoires puisqu'il s'agit de la même personne. Il me semble plus concret de parler d'angles "différents".
jmf² a écrit : Je suis un peu surpris par cette attitude un peu angélique. Chott est un patron (éditeur & dessinateur) qui emploi d’autres créateurs (Navarro, Robert Rocca, Bordelet et d’autres) que visiblement tu considères et défend alors que lorsque c’est Navarro qui tient le rôle de patron (éditeur & scénariste) tu le ranges dans la catégorie des exploiteurs purs et durs :heu:

Pour sortir un peu de cette vision simpliste remettons nous dans le contexte historique sans porter de jugement.
A l’époque, les patrons spoliaient les employés. Tout le monde le faisait, Chott comme les autres. Personnes ne rendait les planches, Chott comme les autres.
Et lorsque Navarro a fondé sa société il n’a fait qu’appliquer ce qu’il avait vu faire et subi chez les autres, y compris à la SER.
C’est une vérité historique. Après, il est possible de le déplorer et d’accuser Navarro de ne pas avoir eu la force morale de ne pas renouveler le système, etc.
Mais traiter le même comportement à la même époque différemment ne me paraît pas très impartial (sans offense personnelle Guy).
Il y a quand même une différence notable entre la situation de Chott et celle de Navarro. D'abord Chott était dessinateur et Navarro scénariste et je persiste à dire que le rôle d'artiste incombe à plus de 90% au dessinateur. Cette opinion est toute personnelle, mais ferme de ma part.
Chott a créé sa maison propre et a exploité son créneau en défendant sa boîte. Ce n'est pas le cas de tous les patrons éditeurs qui n'hésitent pas à se disperser et à vouloir grandir à tous prix dans le genre trust éditorial et à sacrifier le créatif en ce sens. Ce fut malheureusement, et cela ne change aucunement l'apport éminemment positif et admirable de Navarro en matière de BD populaire, d'avantage le cas de ce dernier que de celui de Chott.
Tu sais que je ne mets pas sur le même pied scénariste et dessinateur (c'est une option personnelle assez rare mais il n'empêche que c'est la mienne). Et que donc un dessinateur qui emploie un scénariste relève d'un rapport différent qu'un scénariste qui emploie un dessinateur. Je ne convaincrai personne à ce propos mais c'est néanmoins ce que je professe.
Je rappelle que Chott a fini perdant, on l'a humilié et on en a fait un bouc émissaire pour pouvoir mettre au pas la bande dessinée populaire en France. Chott n'a cessé de défendre le travail des auteurs et la bande dessinée devant les tribunaux et il en a été épuisé. Je range plutôt Navarro dans le camp des gagneurs. Il a su s'adapter à la censure sans la combattre avec le volontarisme d'un Chott. La commission de censure a pu abattre Chott car Chott défendait davantage son honneur d'auteur, aussi patron fut-il. Pour moi, Mouchot a beaucoup plus de mérite en cette matière et devrait certainement être réhabilité.
Navarro a été beaucoup plus oportuniste et cela lui a permis de rester et de réussir. C'est Chott qui a encaissé tous les coups.
Il n'empêche que l'amitié qui liait Chott à Navarro était grande et qu'ils menaient un combat convergent. Il s'agit donc que cet aspect convergent colore le projet de Tanguy et que les autres ayant droits encouragent s'il échet son heureuse initiative qu'il mène de plein droit. :wink:
jmf² a écrit :Personnes ne rendait les planches, Chott comme les autres
Cela est fortement à nuancer et à expliciter.
D'abord tu as raison de considérer l'aspect historique du droit des auteurs en la matière et il est quelque peu saugrenu de juger des pratiques de l'immédiat après-guerre d'avec les règlements d'aujourd'hui.
Il faut savoir que non seulement les éditeurs ne rendaient pas les planches, mais qu'ils les jetaient purement et simplement. C'était cela la pratique générale: on jetait les originaux.
Ainsi, que Chott ne l'ait pas fait est une attitude hautement progressiste pour son époque et elle mérite d'être saluée. J'ignore si Navarro a fait preuve de pareil souci patrimonial (merci à JMF pour son estime du français de Belgique, il est vrai que chez nous le mot "patrimoine" est utilsé essentiellement dans sa résonnance culturelle et non pas dans son sens vénal, j'ignorais cette différence frontalière intéressante) mais j'en doute. Ce souci de Chott permet d'ailleurs aux dessinateurs des planches d'en revendiquer la propriété aujourd'hui, ce qu'ils n'auraient pas su faire en cas de dilapidation ou de destruction selon les bonnes pratiques de l'immédiat après-guerre.
Contrairement aux pratiques américaines auxquelles tu fais allusion, le souci positif dont Chott a fait preuve va justement permettre à mon sens aux artistes de les récupérer ou d'imposer qu'on tienne compte de leur avis quant au sort qui leur sera réservé. Le cas de l'Amérique que tu cites n'a rien à voir avec cela car dans ce régime il est simplement question de priver les artistes de tout droit sur leur travail et de les spolier. Crois-moi, l'attitude généreuse de Tanguy n'a rien à voir avec cela.
jmf² a écrit : Le droit des auteurs est né de leurs luttes et pas du « combat syndical ». Rappelons qu’en France aucun syndicat n’a défendu correctement les auteurs de BD.
Ceci pour une raison assez simple qui se résume en peu de mots.

La production d’illustrés est en France tenu majoritairement par deux blocs qui se serrent les coudes sur ce front.
Il s’agit du Parti Communiste Français (PCF) et de l’église catholique de France. Ceci au travers de leur groupe commerciaux, respectivement Vaillant & Fleurus.
Cette main mise a visé directement Chott au travers de la commission de censure sur laquelle les deux forces précitées avaient la main mise.

Les syndicats n’avaient donc aucun intérêt à défendre les auteurs car cela aurait eu pour effet de nuire aux deux grands frères.
Rappelons que le premier secrétaire de la CGT siégeait au comité central du PCF et que les syndicats d’obédience catholique (CFTC ou le deuxième C veut dire Chrétien) prenaient en partie leurs instructions de la conférence des évêques.

Rappelons qu’en ce qui concerne Vaillant, les auteurs se sont rendus compte des décennies après que la société n’avait pas cotisée pour eux contrairement à ce qu’il leur avait été dit et que beaucoup se sont retrouvés dans l’indigence et simplement aidé par leur amis de la profession (cela en France comme aux USA).
Il est profondément exact de dire que les grands syndicats n'ont pas défendus les auteurs mais je ne partage pas les motivations que tu leur attribues. Je dirais plutôt que les auteurs sont une catégorie professionnelle, au sens contractuel du terme, peu définie, que leur statut professionnel est assimilé (à tort, sans doute) comme un statut d'indépendant et qu'ils agissent de manière totalement isolée et individuelle alors que les salariés sont sur une position collective sur le marché du travail et dans leurs rapports avec leurs employeurs (ceci pour résumer).
Ainsi, vu ce fait, les dessinateurs en particulier ont créé leurs propres syndicats (Liquois en dirigeait d'ailleurs un) d'une part, et, d'autre part, le combat des associations d'auteurs telles que la Société Civile des Auteurs Multimédia (créée par Balzac en son temps) est bel est bien un combat en grande partie de nature syndicale, puisqu'il défend les auteurs en tant que catégorie professionnelle spécifique.
La lutte professionnelle des auteurs est une lutte qui s'apparente à une lutte syndicale.

jmf² a écrit :
Comme je l’ai déjà indiqué ci-dessus, méfions nous des jugements qui ne peuvent être que des cas d’espèces.
Les jugements sont effectivement des cas d'espèces et il s'agit en la matière d'en suivre le dénouement et de les connaître.
Il s'agit également de dégager les tendances et les évolutions de jurisprudence qui tendent à affirmer le rôle (juridiquement parlant) du dessinateur (trop longtemps déconsidéré à l'état de simple exécutant), par rapport à celui du scénariste souvent infatué à tort de son rôle dirigeant de l'oeuvre.
jmf² a écrit : Car il faut bien savoir que graphiquement, Fantax est un plagiat manifeste de Hour-Man, personnage inventé par Bernard Baily aux USA en mars 1940.
Excuses-moi mais j'estime que tu t'égares sur ce point et qu'aucune autorité en la matière ne soutiendrait pareille chose.
Au plus pourrait-on parler d'influence, et elle resterait encore à prouver.
Ne coupons pas le cheveux en quatre et gardons les pieds sur terre. :wink:
Modifié en dernier par Gydek le sam. 22 nov. 2008, 10:41, modifié 6 fois.
Vous pouvez acheter l'album du "Maugré" à 5,00 €uros (+ port), avec dédicace personnalisée à la demande, en contactant l'auteur à l'adresse ci-dessous:
guydedecker@yahoo.fr
http://www.guydedecker.com

Avatar du membre
Gydek
Passionné(e)
Passionné(e)
Enregistré le : jeu. 10 août 2006, 21:20
Contact :

Message par Gydek »

jmf² a écrit : La production d’illustrés est en France tenu majoritairement par deux blocs qui se serrent les coudes sur ce front.
Il s’agit du Parti Communiste Français (PCF) et de l’église catholique de France. Ceci au travers de leur groupe commerciaux, respectivement Vaillant & Fleurus.
Cette main mise a visé directement Chott au travers de la commission de censure sur laquelle les deux forces précitées avaient la main mise.
jmf² a écrit : Rappelons que le premier secrétaire de la CGT siégeait au comité central du PCF et que les syndicats d’obédience catholique (CFTC ou le deuxième C veut dire Chrétien) prenaient en partie leurs instructions de la conférence des évêques.

Rappelons qu’en ce qui concerne Vaillant, les auteurs se sont rendus compte des décennies après que la société n’avait pas cotisée pour eux contrairement à ce qu’il leur avait été dit et que beaucoup se sont retrouvés dans l’indigence et simplement aidé par leur amis de la profession (cela en France comme aux USA).
Tu as parfaitement raison de souligner cet aspect des choses et l'ambiguïté inadmissible du rôle des obédiences en la matière.
Le PCF s'est compromis de manière scandaleuse dans ce triste jeu de la commission de censure et cela ne saurait être occulté. :wink:
Vous pouvez acheter l'album du "Maugré" à 5,00 €uros (+ port), avec dédicace personnalisée à la demande, en contactant l'auteur à l'adresse ci-dessous:
guydedecker@yahoo.fr
http://www.guydedecker.com

Avatar du membre
jm314
Acharné(e)
Acharné(e)
Enregistré le : mer. 11 févr. 2004, 01:00
Localisation : Suresnes (92150)

Message par jm314 »

Tanguy a écrit :Une nouvelle photocopie en vente sur eBay :

http://cgi.ebay.fr/Fantax-N-1-le-gentle ... 0269118294

Il faudrait peut-être que Raoul aille ramener sa science sur eBay...
j'ai récupéré un supplémént à bédésup initulé Fantax est de retour. Ce serait quelques rééditions de la seconde série...

Je ne connais pas Fantax, ce n'est pas les bd de ma génération....

Je vais le lire ce week-end.....
Modifié en dernier par jm314 le dim. 11 avr. 2010, 12:10, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Tanguy
Compagnon
Compagnon
Enregistré le : mar. 26 août 2008, 14:39
Localisation : Nice
Contact :

Message par Tanguy »

C'est effetivement une réédition des 9 numéros de la deuxième série de FANTAX qui a redemarrée en 1959. FANTAX est de retour est sorti en 1986, je crois, mais la qualité du tirage en très médiocre. Le dessin s'en trouve gâché. Cela te donnera quand même un bon aperçu de ce qu'était FANTAX même si cette deuxième série est un peu en dessous de la première de 39 numéros.
Bonne lecture et n'hésite pas à nous donner ton avis. Même négatif.
Le club de l'audace

Avatar du membre
Gydek
Passionné(e)
Passionné(e)
Enregistré le : jeu. 10 août 2006, 21:20
Contact :

Message par Gydek »

Tanguy a écrit :Une nouvelle photocopie en vente sur eBay :

http://cgi.ebay.fr/Fantax-N-1-le-gentle ... 0269118294

Il faudrait peut-être que Raoul aille ramener sa science sur eBay...
Voilà quelques temps que je remarque effectivement que des copies sont en vente et qu'il s'agit à chaque fois de la même copie qui part à assez haut prix (pour des simples copies). Il y a apparemment un pirate qui fait son beurre en occupant ce créneau. Depuis combien de temps? Sans doute depuis longtemps car je ne jette un oeil à vrai dire que depuis la parution de ce sujet.
La démonstration est on ne peut mieux faite: ou bien la réédition paraît, ou bien le champ reste libre pour les pirates. Raoul ferait mieux, s'il est vraiment animé d'intentions légitimes, de favoriser cette réédition car c'est bien là la seule façon de couper l'herbe sous le pied des pirates qui spolient d'une suprême façon tous les ayant droit quels qu'ils soient.
Raoul doit se rendre compte qu'en cassant le projet honnête de Tanguy et de sa tante, il ne ferait que favoriser le piratage en cours car il n'y aurait alors plus d'alternative aux amateurs que de se procurer des copies illégales.
Et je précise en passant à ceux qui mettraient en doute le juste prix du fac-simile du n°1 fixé par Tanguy qu'il s'agira, d'une part, d'une vraie réédition et qu'elle sera, d'autre part, proposée à un prix près de moitié de ce qui circule en copies pirates de qualités médiocres plus que vraisemblablement.
Comme quoi tout ce qui restait à démontrer en tous domaine l'est à présent. L'initiative des héritiers Chott est réellement une entreprise salutaire qui assainira le piratage dommageable à tous, qui fera baisser le prix de marché des numéros 1 illégalement en circulation aujourd'hui et qui permettra à tout un chacun de l'acquérir honnêtement en soutenant les auteurs!
Il n'y a pas d'A + B plus explicite.
Vive la renaissance des éditions Chott!!! :pouce: :pouce:
Vous pouvez acheter l'album du "Maugré" à 5,00 €uros (+ port), avec dédicace personnalisée à la demande, en contactant l'auteur à l'adresse ci-dessous:
guydedecker@yahoo.fr
http://www.guydedecker.com

Avatar du membre
jmf²
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Enregistré le : jeu. 13 nov. 2008, 09:15

Message par jmf² »

Gydek a écrit :les angles ne sont pas forcément contradictoires puisqu'il s'agit de la même personne. Il me semble plus concret de parler d'angles "différents"
Tu as raison, "différents" est mieux adapté.
Gydek a écrit :Il y a quand même une différence notable entre la situation de Chott et celle de Navarro. D'abord Chott était dessinateur et Navarro scénariste et je persiste à dire que le rôle d'artiste incombe à plus de 90% au dessinateur. Cette opinion est toute personnelle, mais ferme de ma part.]
Je ne suis malheureusement ni l'un ni l'autre et je ne peux donc juger "sur pièces". Tu exprimes ton opinion et je la respecte.
Néanmoins, le scénariste est le "raconteur d'histoire". Il est en quelque sorte l'écrivain du personnage.
L'humanité n'a pas attendu les dessinateurs pour raconter des histoires. Personnellement, mon livre préféré est Le comte de Monte Cristo d'Alexandre Dumas.
Je l'ai vu adapté en BD et au ciné et l'émotion n'est en rien comparable à ce que j'ai pu ressentir en lisant le livre.

Alors après, dans une oeuvre initialement créé pour le medium de la BD il est évident que l'apport du dessinateur est crucial.

Mais posons nous la question suivante.

Ai je déjà lu des BD mal dessinées et avec un bon scénario ?
Ai je déjà lu des BD bien dessinées et avec un mauvais scénario ?

Ma réponse est oui au deux. Et je suis désolé mais autant je peux avoir un bon ressenti sur la première phrase parce que le scénario est excellent autant l'inverse n'est pas vrai.

C'est comme dans les films. Les meilleurs acteurs du monde ne sauveront pas un film au scénario inexistant.

Après se pose la question de la "paternité" des personnages. Jack Kirby était un extraordinaire dessinateur. Et même si je l'adore je dois reconnaître que lorsqu'il scénarisait seul à la fin de sa carrière ses oeuvres sont nettement moins bonnes.

Il est donc le créateur indéniable de Silver Star mais ce simple fait ne cache pas que la série n'est pas une réussite.

Vaste débat donc de savoir si le dessinateur est prépondérant ou pas. Vaste débat et certainement sans "vérité". :bise:
Gydek a écrit :[...]Je rappelle que Chott a fini perdant, on l'a humilié et on en a fait un bouc émissaire pour pouvoir mettre au pas la bande dessinée populaire en France. Chott n'a cessé de défendre le travail des auteurs et la bande dessinée devant les tribunaux et il en a été épuisé. Je range plutôt Navarro dans le camp des gagneurs. Il a su s'adapter à la censure sans la combattre avec le volontarisme d'un Chott. La commission de censure a pu abattre Chott car Chott défendait davantage son honeur d'auteur, aussi patron fut-il. Pour moi, Mouchot a beaucoup plus de mérite en cette matière et devrait certainement être réhabilité.
Navarro a été beaucoup plus oportuniste et cela lui a permis de rester et de réussir. C'est Chott qui a encaissé tous les coups.
Il n'empêche que l'amitié qui liait Chott à Navarro était grande et qu'ils menaient un combat convergent. Il s'agit donc que cet aspect convergent colore le projet de Tanguy et que les autres ayant droits encouragent s'il échet son heureuse initiative qu'il mène de plein droit. :wink:
C'est vrai que Chott a été humilié. Mais remettons nous dans un contexte historique.

Chott créé sa société en 1946 qui est rapidement un vrai succès. En 1949 il est visé par la commission de censure. Il se bat pour son honneur, son intégrité mais aussi pour préserver ce qu'il a déjà créé.
Après près de 10 ans de lutte acharnée, il ferme sa société qui est déjà à l'agonie.

En 1950 Navarro créé Lug. Il assiste à tout cela et prend comme tu le soulignes le choix de "composer" avec la censure.
Sa société est jeune, il a sans doute fait pas mal de sacrifice pour cela. Il n'a rien à préservé et tout à perdre.
Son choix est peut être moralement contestable mais humainement très compréhensible.
On peut se dire qu'à plusieurs avec la même ligne éditoriale ils auraient été plus fort et peut être vainqueur.

Mais regardons les choses en face. Ils avaient les deux plus puissantes forces de l'époque en face d'eux.
Le PCF (premier parti politique de France avec qui même De Gaulle le sauveur de la dite France devait lui aussi composé) et l'église catholique de France.

Le combat était perdu d'avance et je pense que l'on ne peut pas reprocher à Navarro d'avoir composé.
Rappellons nous aussi qu'il a "résisté" d'une autre manière notamment en appelant son premier magazine de super-héros Fantask en référence très nette à Fantax (ce qui a valu sa disparition d'ailleurs).

Peut être que les enfants et la famille de Mouchot auraient préféré qu'il lutte moins et reste plus longtemps :heu:

Gydek a écrit :Cela est fortement à nuancer et à expliciter.
D'abord tu as raison de considérer l'aspect historique du droit des auteurs en la matière et il est quelque peu saugrenu de juger des pratiques de l'immédiat après-guerre d'avec les règlements d'aujourd'hui.
Il faut savoir que non seulement les éditeurs ne rendaient pas les planches, mais qu'ils les jetaient purement et simplement. C'était cela la pratique générale: on jetait les originaux.
Ainsi, que Chott ne l'ait pas fait est une attitude hautement progressiste pour son époque et elle mérite d'être saluée. J'ignore si Navarro a fait preuve de pareil souci patrimonial (merci à JMF pour son estime du français de Belgique, il est vrai que chez nous le mot "patrimoine" est utilsé essentiellement dans sa résonnance culturelle et non pas dans son sens vénal, j'ignorais cette différence frontalière intéressante) mais j'en doute..)
A ma connaissance, Lug gardait les planches originales. Eric Vignolles raporte même dans un de ses ouvrages une descente dans le coeur des archives de Lug où était entreposé toutes les planches.
C'est Semic qui a tout jeté à la poubelle lors du déménagement de Lyon. D'ailleurs quelques petits malins tenus au courant son venus piller les poubelles et revendent maintenant tout cela a prix d'or :grr:

Et contrairement à ce que tu penses, beaucoup d'éditeur gardait les planches. Cela a été le cas d'Arédit dont on retrouve encore des enveloppes Kraft avec tous les chromos et planches des fascicules (je possède la quasi intégralité des Shazam !).

Mais aussi Mon Journal, le fait étant malheureusement connu car les archives ont brûlées :cry:
Gydek a écrit :Ce souci de Chott permet d'ailleurs aux dessinateurs des planches d'en revendiquer la propriété aujourd'hui, ce qu'ils n'auraient pas su faire en cas de dilapidation ou de destruction selon les bonnes pratiques de l'immédiat après-guerre.
Concernant cet apsect de la discussion je reproduis une partie du message que Tanguy m'a envoyé en privé.
Tanguy a écrit :Une petite précision cependant sur la méthode de travail des ateliers Chott. La conservation des planches est dûe au temps qui passe et au peu d'intérêt que la société portait à l'égard des BD. Et puis c'était un outils de travail, pour eux, sans grand intérêt.
Même si l'intérêt patrimonial actuel est grand je pense que les motivations de Chott était beaucoup plus terre à terre.

Gydek a écrit :Il est profondément exact de dire que les grands syndicats n'ont pas défendus les auteurs mais je ne partage pas les motivations que tu leur attribues.

[...]

La lutte professionnelle des auteurs est une lutte qui s'apparente à une lutte syndicale.
Sur les motivations des grands syndicats, je me rappel avoir lu que quand Cheret a voulu récupérer les droits de Rahan seul un avocat a bien voulu le défendre.
Les autres ont refusé de crainte de représailles du PCF et des syndicats (y compris professionnel des avocats).

Après, la lutte des auteurs est à mon sens une lutte de corporation justement en dehors de la lutte syndicale classique (via les grandes centrales).
Mais je pense que notre désaccord n'est que lexical. En France lutte syndicale ne se réfère qu'à la notion de syndicat représentatif (cette vieille hérésie de 1946) alors qu'en Belgique elle se réfère sans doute à toute lutte des "salariés" (encore une dégradation de la langue chez nous).



Gydek a écrit :
jmf² a écrit : Car il faut bien savoir que graphiquement, Fantax est un plagiat manifeste de Hour-Man, personnage inventé par Bernard Baily aux USA en mars 1940.
Excuses-moi mais j'estime que tu t'égares sur ce point et qu'aucune autorité en la matière ne soutiendrait pareille chose.
Au plus pourrait-on parler d'influence, et elle resterait encore à prouver.
Ne coupons pas le cheveux en quatre et gardons les pieds sur terre. :wink:
Non, je ne m'égare pas et plusieurs autorité en la matière sont même de mon avis. J'ai eu des conversations avec Thomassian et Lofficier qui sont parfaitement d'accord avec moi.

Après, je pense que n'importe qui regardant les images que j'ai posté et constatant la proximité temporelle ferait un rapport entre les deux personnages.
C'est du simple bon sens.
L'orthographe est plus qu'une mauvaise habitude, c'est une vanité.
Raymond Queneau

Avatar du membre
Gydek
Passionné(e)
Passionné(e)
Enregistré le : jeu. 10 août 2006, 21:20
Contact :

Message par Gydek »

jmf² a écrit : L'humanité n'a pas attendu les dessinateurs pour raconter des histoires.
Historiquement, le pictural et le dessin précèdent de loin l'invention de l'écriture. Cela ne change évidemment pas la légitimité de tout amour de la littérature. Il est vrai, à ton honneur, que la parole précède le pictural dans l'histoire de l'humanité. Vaste question existentielle que celle de savoir si c'est l'oeuf qui a fait la poule ou si c'est la poule qui a fait l'oeuf! :zidane: :lol:
jmf² a écrit : Personnellement, mon livre préféré est Le comte de Monte Cristo d'Alexandre Dumas.
Je l'ai vu adapté en BD et au ciné et l'émotion n'est en rien comparable à ce que j'ai pu ressentir en lisant le livre.
Pour moi également, les adaptations d'oeuvres littéraires en BD ne sont pas ma tasse de thé. Elles sont généralement imposées aux dessinateurs par de faux scénaristes en mal d'imagination qui s'improvisent adaptateurs. :sifl:
jmf² a écrit : Alors après, dans une oeuvre initialement créé pour le medium de la BD il est évident que l'apport du dessinateur est crucial.

Mais posons nous la question suivante.

Ai je déjà lu des BD mal dessinées et avec un bon scénario ?
Ai je déjà lu des BD bien dessinées et avec un mauvais scénario ?

Ma réponse est oui au deux.
Nous sommes parfaitement du même avis sur cette question. :jap:
jmf² a écrit : Et je suis désolé mais autant je peux avoir un bon ressenti sur la première phrase parce que le scénario est excellent autant l'inverse n'est pas vrai.
Je ne suis plus de ton avis, question de personnalité et de goût, les deux sont légitimes. :wink:
jmf² a écrit : C'est comme dans les films. Les meilleurs acteurs du monde ne sauveront pas un film au scénario inexistant.
Pas d'accord. De bons acteurs rendent bien des navets scénaristiques excellents. De mauvais acteurs savent également rendre d'excellents dialogues exécrables. :wink:
jmf² a écrit : Après se pose la question de la "paternité" des personnages. Jack Kirby était un extraordinaire dessinateur. Et même si je l'adore je dois reconnaître que lorsqu'il scénarisait seul à la fin de sa carrière ses oeuvres sont nettement moins bonnes.

Il est donc le créateur indéniable de Silver Star mais ce simple fait ne cache pas que la série n'est pas une réussite.
Il est tout à fait exact que lorsque les seuls dessinateurs aux seuls dessins s'improvisent scénaristes, il est fréquent que le résultat déçoive (Uderzo par exemple). Il est tout à fait rétorquable que les meilleures séries sont celles où le dessinateur et le scénariste sont une seule et même personne. Les exemples belges foisonnent et les tous grands classiques de la BD belge sont de ce cas. :wink:
jmf² a écrit : débat donc de savoir si le dessinateur est prépondérant ou pas. Vaste débat et certainement sans "vérité".
:pouce: :pouce:
jmf² a écrit : regardons les choses en face. Ils avaient les deux plus puissantes forces de l'époque en face d'eux.
Le PCF (premier parti politique de France avec qui même De Gaulle le sauveur de la dite France devait lui aussi composé) et l'église catholique de France.
Tu accordes trop d'importance à mon avis au rôle des partis dans le domaine de la BD. Certes, ils ont joué leur rôle et la tristement fameuse commission de censure en est le volet noir. Tu omets à mon sens de prendre en compte le volet des contingences strictement économiques et les difficultés de cet ordre qui ont joué un rôle prépondérant, même en période de croissance.:prof:
jmf² a écrit : Le combat était perdu d'avance et je pense que l'on ne peut pas reprocher à Navarro d'avoir composé.
Il n'y a aucun reproche à faire à Navarro de ce côté. Il y a par contre un très grand respect mérité par Chott et qui ne lui est pas assez dû aujourd'hui selon moi. :jap:
jmf² a écrit :A ma connaissance, Lug gardait les planches originales. Eric Vignolles raporte même dans un de ses ouvrages une descente dans le coeur des archives de Lug où était entreposé toutes les planches.
Ce que tu m'apprends là est très heureux bien entendu. En Belgique, la norme de jeter les originaux était très répandue. Pour en revenir à Chott et à Navarro et aux interventions sur ce sujet, si Lug conservait bien les originaux comme tu l'écris, il serait quand même malheureux de reprocher, au nom des droits du patron de Lug, le même souci dont Chott a lui aussi fait preuve! :rox:
jmf² a écrit : Même si l'intérêt patrimonial actuel est grand je pense que les motivations de Chott était beaucoup plus terre à terre.

Il n'empêche que le résultat est là et qu'il nous arrange bien. Mais il est vrai que j'ai tendance à enjoliver et à idéaliser les choses lorsque je prends parti, tu as raison de le souligner. :jap:
jmf² a écrit : Sur les motivations des grands syndicats, je me rappel avoir lu que quand Cheret a voulu récupérer les droits de Rahan seul un avocat a bien voulu le défendre.
Les autres ont refusé de crainte de représailles du PCF et des syndicats (y compris professionnel des avocats).
Je crois sincèrement que tu surestimes le pouvoir qu'a ou qu'a eu ce parti sur le corps professionnel des avocats. Et que tu diabolises un peu trop le Parti communiste français des années '80 également. Je pense franchement que les avocats se fichent pas mal de ce que pense ou de ce que ne pense pas le PCF. Si des avocats ne voulaient pas défendre Chéret, c'est probablement par mépris plus que pour autre chose et le PCF n'a probablement aucune influence là dedans. La justice prend souvent le parti des forts. Sans doute qu'il faut faire preuve d'un certain courage pour défendre un petit contre un fort et la machine patronale des éditeurs est dure à cuire. Certes, le PCF a eu aussi sa machine patronale et ses patrons éditeurs, aussi collectivistes fussent-ils. Dans ce sens oui, il faut du courage et de la témérité pour en défendre les opprimés. Chéret a ce mérite.
Mais franchement, dire que les avocats ont eu peur du PCF et que c'est pour cela qu'ils n'ont pas voulu défendre Chéret, c'est friser à mon avis le délire du complot maçonnique et autres balivernes auxquelles ni toi ni moi n'adhérons :wink:
De plus, les corps judiciaires, avocats inclus, sont en général et à juste titre classés à droite et cela les rend d'autant plus imperméables aux positions du PCF. Il y a par contre probablement eu mépris d'un simple exécutant qui avait cette audace de poser des questions de droits face à son patron. Position de facto à gauche et méprisée sans doute par des avocats qui penchent instinctivement à droite. Mais Chéret a quand même obtenu gain de cause avec l'aide d'un excellent avocat, rendons à César ce qui est à César. :wink:
jmf² a écrit :, la lutte des auteurs est à mon sens une lutte de corporation justement en dehors de la lutte syndicale classique (via les grandes centrales).
Mais je pense que notre désaccord n'est que lexical. En France lutte syndicale ne se réfère qu'à la notion de syndicat représentatif (cette vieille hérésie de 1946) alors qu'en Belgique elle se réfère sans doute à toute lutte des "salariés" (encore une dégradation de la langue chez nous).
Il est vrai que je vise le sens étymologique et la signification concrète du terme et nom l'étiquette. :wink:
jmf² a écrit : Non, je ne m'égare pas et plusieurs autorité en la matière sont même de mon avis. J'ai eu des conversations avec Thomassian et Lofficier qui sont parfaitement d'accord avec moi.

Après, je pense que n'importe qui regardant les images que j'ai posté et constatant la proximité temporelle ferait un rapport entre les deux personnages.
C'est du simple bon sens.

Bien. Mais j'estime pour ma part que le concept de "plagiat" est aujourd'hui galvaudé à toutes les sauces par des "spécialistes" qui ont parfois perdu tout sens de réserve. Il y a probablement influence et cela mérite certainement une analyse circonstanciée, les héritiers Chott en savent sans doute plus que nous sur la question.
Quant au terme de "plagiat", qui est un terme fort et assez humiliant pour un auteur de la qualité de Chott, permets-moi ici aussi de revenir sur la valeur réelle, voire juridique, du mot: je crois que pour qu'un travail puisse être qualifié de plagiat, il faut une demande en ce sens de la victime plagiée. Que le sens de ce terme n'est valable qu'au cas de plainte effective du plagié. Je veux dire par là que ce n'est pas à des personnes extérieures à qualifier tel ou tel travail de "plagiat", mais que le terme ne saurait être utilisé à bon escient que si le "plagié" demanderait qu'on reconnaisse effectivement le préjudice d'un plagiat d'une part, et que celui-ci soit effectivement reconnu après "enquête" d'autre part.
Est-ce le cas? La réponse est non.
Méfions-nous des termes à l'emporte pièce trop rapides et trop peu discernés. Sans nier l'influence, voire la copie éventuelle et possible qui resterait malgré tout à prouver, même si les spécialistes le disent. Les spécialistes ne sont pas au dessus des acteurs concernés, même si leurs connaissances font autorité. Je préfère qu'on utilise un terme plus neutre tel qu'"influence" ou "copie" que celui de "plagiat" qui a une consonance délictueuse imméritée me semble-t-il dans le cas de Chott.

Je termine en confirmant que mes appréciations quant au rôle respectif des dessinateurs et des scénaristes sont tout à fait subjectives et personnelles de ma part et que je ne leur accorde aucune prétention d'universalité.
J'ai cette fâcheuse tendance d'exprimer souvent de façon beaucoup trop anguleuse des vérités respectables et cela me dessert bien entendu. Je serai sans doute beaucoup plus lisible en disant ceci: que historiquement parlant, pour tous conflits apparus entre scénariste et dessinateur, c'est bien le dessinateur qui a toujours eu raison. Cela sous entend que dans les bonnes relations de tels conflits n'apparaissent pas, ce qui va à l'honneur de nombre de scénaristes.
Je suis personnellement et subjectivement convaincu que les dessinateurs ont tout intérêt à s'affranchir de la tutelle souvent étouffante des scénaristes et que le salut de la BD passe par là. Profession de foi dont je revendique la profonde subjectivité légitime. J'en vois déjà ramasser les deux premières pierres à me lancer, la première s'appelle Gosciny, la seconde Charlier, la troisiéme Marijac et ainsi de suite. Et ils auraient raison. J'assume bien entendu mes contradictions, il faut savoir vivre avec cela. Il n'empêche que les seuls bons scénaristes sont aussi des maîtres incontestés du dessin, cela est aujourd'hui admis par tout le monde. :wink:
Je te remercie en tous cas pour tous ces éléments très intéressant et très utiles que tu apportes :wink: :wink:
L'histoire des relations sociales dans le monde de la BD reste à faire et elle ne manquerait certainement pas d'intérêt. :wink:
Modifié en dernier par Gydek le mer. 26 nov. 2008, 17:48, modifié 4 fois.
Vous pouvez acheter l'album du "Maugré" à 5,00 €uros (+ port), avec dédicace personnalisée à la demande, en contactant l'auteur à l'adresse ci-dessous:
guydedecker@yahoo.fr
http://www.guydedecker.com

Avatar du membre
Tanguy
Compagnon
Compagnon
Enregistré le : mar. 26 août 2008, 14:39
Localisation : Nice
Contact :

Chott-Navarro

Message par Tanguy »

Je vroudrai apporter des précisions quant à la relation entre Navarro et mon grand-père. Malgré leur séparation en 1950 sur un désaccord professionnel, ils sont restés très amis. Navarro a été un des rares à soutenir Chott pendant cette période délicate de procès. De plus dans les années 60, Chott faisait du lettrage et de la traduction pour la LUG par l'intermédiaire de Navarro. Même après la mort de Chott, Navarro continua à correspondre avec ma grand-mère. Il avait même revu ma tante au cours des années 80.

Ce qui montre que dans ce cas, nous ne sommes pas dans une logique économique ni juridique tant les deux hommes ont partagé dans leur vie.
De mon point de vue, le travail sur FANTAX ne peut être que collectif. C'est du 50-50.

Je crois que personne, à part ceux qui l'on vécu, ne peuvent comprendre comment était organisé le travail dans les ateliers Chott. Il y règnait une telle atmosphère familiale (les premières années, l'atelier se trouvait dans l'appartement de mes grand-parents, au milieu des enfants). J'ai eu récemment Robert Rocca au téléphone. Il a tellement été pris d'émotion par la simple évocation de mon nom de famille qu'il a eu la gorge nouée pendant bien 5 minutes. Sans commentaire...

En cette période d'après-guerre, on ne s'embarrasait pas de savoir qui à fait quoi(à part les couvertures qui sont toutes signées). L'entraide et l'envie de progresser était plus forte.

C'est ce que j'ai envie de respecter dans mon projet.
Modifié en dernier par Tanguy le jeu. 04 déc. 2008, 11:29, modifié 1 fois.
Le club de l'audace

Avatar du membre
Gydek
Passionné(e)
Passionné(e)
Enregistré le : jeu. 10 août 2006, 21:20
Contact :

Re: Chott-Navarro

Message par Gydek »

Tanguy a écrit :Je vroudrai apporter des précisions quant à la relation entre Navarro et mon grand-père. Malgré leur séparation en 1950 sur un désaccord professionnel, ils sont restés très amis. Navarro a été un des rares à soutenir Chott pendant cette période délicate de procès. De plus dans les années 60, Chott faisait du lettrage et de la traduction pour la LUG par l'intermédiaire de Navarro. Même après la mort de Chott, Navarro continua à correspondre avec ma grand-mère. Il avait même revu ma tante au cours des années 80.

Ce qui montre que dans ce cas, nous ne sommes pas dans une logique économique ni juridique tant les deux hommes ont partagé dans leur vie.
De mon point de vue, le travail sur FANTAX ne peut être que collectif. C'est du 50-50.

Je crois que personne, à part ceux qui l'on vécu, ne peuvent comprendre comment était organisé le travail dans les ateliers Chott. Il y règnait une telle atmosphère familile (les premières années, l'atelier se trouvait dans l'appartement de mes grand-parents, au milieu des enfants). J'ai eu récemment Robert Rocca au téléphone. Il a tellement été pris d'émotion par la simple évocation de mon nom de famille qu'il a eu la gorge nouée pendant bien 5 minutes. Sans commentaire...

En cette période d'après-guerre, on ne s'embarrasait pas de savoir qui à fait quoi(à part les couvertures qui sont toutes signées). L'entraide et l'envie de progresser était plus forte.

C'est ce que j'ai envie de respecter dans mon projet.

C'est précisément ce qui l'honore et ce qui vous honore, toi et ta tante. Et ce qui rend peu compréhensible certaines attaques ici prononcées par un certain... :rox:
Modifié en dernier par Gydek le dim. 23 nov. 2008, 10:55, modifié 1 fois.
Vous pouvez acheter l'album du "Maugré" à 5,00 €uros (+ port), avec dédicace personnalisée à la demande, en contactant l'auteur à l'adresse ci-dessous:
guydedecker@yahoo.fr
http://www.guydedecker.com

Avatar du membre
jmf²
Maître 1er Dan
Maître 1er Dan
Enregistré le : jeu. 13 nov. 2008, 09:15

Message par jmf² »

Gydek a écrit :Je crois sincèrement que tu surestimes le pouvoir qu'a ou qu'a eu ce parti sur le corps professionnel des avocats. Et que tu diabolises un peu trop le Parti communiste français des années '80 également. Je pense franchement que les avocats se fichent pas mal de ce que pense ou de ce que ne pense pas le PCF. Si des avocats ne voulaient pas défendre Chéret, c'est probablement par mépris plus que pour autre chose et le PCF n'a probablement aucune influence là dedans. La justice prend souvent le parti des forts. Sans doute qu'il faut faire preuve d'un certain courage pour défendre un petit contre un fort et la machine patronale des éditeurs est dure à cuire. Certes, le PCF a eu aussi sa machine patronale et ses patrons éditeurs. Dans ce sens oui, il faut du courage et de la témérité pour en défendre les opprimés. Chéret a ce mérite.
Mais franchement, dire que les avocats ont eu peur du PCF et que c'est pour cela qu'ils n'ont pas voulu défendre Chéret, c'est friser à mon avis le délire du complot maçonnique et autres balivernes auxquelles ni toi ni moi n'adhérons :wink:
De plus, les corps judiciaires, avocats inclus, sont en général et à juste titre classés à droite et cela les rend d'autant plus imperméables aux positions du PCF. Il y a par contre probablement eu mépris d'un simple exécutant qui avait cette audace de poser des questions de droits face à son patron. Position de facto à gauche et méprisée sans doute par des avocats qui penchent instinctivement à droite. Mais Chéret a quand même obtenu gain de cause avec l'aide d'un excellent avocat, rendons à César ce qui est à César. :wink:
Je ne fais que redire ce que j'ai lu chez des experts de Vaillant / Pif. Cheret a demandé aux syndicats de le défendre, ce qu'ils n'ont pas fait car cela entraît en contradiction avec les intérêts de Vaillant et du PCF.

Cheret a ensuite été voir des avocats qui lui ont quasiment tous expliqués qu'ils ne voulaient pas le défendre car il s'attaquait au PCF et que ce n'était que des emmerdes en perspectives.

Sinon, nous qui parlons de la reconnaissance du droit des auteurs. Rappelons que ce grand parti qui défendait soit disant le droit des ouvriers à eut dans ses entreprises satelittes les mêmes comportement que les patrons "classiques" que furent Chott et Navaro, voire pire.
Il suffit de se rappeler que ce n'est pas Arnal ni ses ayants droits qui sont propriétaires de Pif mais bien l'huma ou le PCF.
Gydek a écrit :Bien. Mais j'estime pour ma part que le concept de "plagiat" est aujourd'hui galvaudé à toutes les sauces par des "spécialistes" qui ont parfois perdu tout sens de réserve. Il y a probablement influence et cela mérite certainement une analyse circonstanciée, les héritiers Chott en savent sans doute plus que nous sur la question.
Quant au terme de "plagiat", qui est un terme fort et assez humiliant pour un auteur de la qualité de Chott, permets-moi ici aussi de revenir sur la valeur réelle, voire juridique, du mot: je crois que pour qu'un travail puisse être qualifié de plagiat, il faut une demande en ce sens de la victime plagiée. Que le sens de ce terme n'est valable qu'au cas de plainte effective du plagié. Je veux dire par là que ce n'est pas à des personnes extérieures à qualifier tel ou tel travail de "plagiat", mais que le terme ne saurait être utilisé à bon escient que si le "plagié" demanderait qu'on reconnaisse effectivement le préjudice du plagiat d'une part, et que celui-ci soit effectivement reconnu après "enquête" d'autre part.
Est-ce le cas? La réponse est non.
Méfions-nous des termes à l'emporte pièce trop rapides et trop peu discernés. Sans nier l'influence, voire la copie éventuelle et possible qui resterait malgré tout à prouver, même si les spécialistes le disent. Les spécialistes ne sont pas au dessus des acteurs concernés, même si leurs connaissances font autorité. Je préfère qu'on utilise un terme plus neutre tel qu'"influence" ou "copie" que celui de "plagiat" qui a une consonance délictueuse imméritée me semble-t-il dans le cas de Chott.
Plagiat n'a pas qu'une signification judiciaire, il a aussi un sens commun. Le qualification juridique est d'ailleurs plutôt contrefaçon ou violation du droit intellectuel.
Le plagiat consiste à s'inspirer d'un modèle que l'on omet délibérément de désigner. Le plagiaire est celui qui s'approprie frauduleusement le style, les idées, ou les faits.

Je pense que la quasi copie du graphisme d'un super-héros (qui est une des caractéristique première de ce genre de personnage) peut être qualifié de plagiat, même sans action judiciaire du détenteur légal du droit.

Par contre, il ne faut aucunement voir une consonnance méprisante pour l'oeuvre de Chott.
Encore une fois, replaçons les faits dans leur contexte historique. De très nombreux personnages de l'époque sont des plagiats des uns les autres. Il faut plutôt y voir une émulation de dessinateur / scénariste qui construisaient la profession en "marchant".

Par contre, si nous regardons les critères actuels du droit je pense que Panini ou DC seraient en droit d'entamer une procédure.
Elle serait à mon sens légitime sur le fond du droit mais parfaitement imbécile car Fantax est devenu un personnage à part, unique et important dans le patrimoine de la culture populaire française.

Néanmoins, tout est possible. Il a été vu des actions en justice pour moins que cela. Je tenais donc juste à prévenir Tanguy et sa famille qu'une action était possible.
L'orthographe est plus qu'une mauvaise habitude, c'est une vanité.
Raymond Queneau

Avatar du membre
jm314
Acharné(e)
Acharné(e)
Enregistré le : mer. 11 févr. 2004, 01:00
Localisation : Suresnes (92150)

Message par jm314 »

Tanguy a écrit :C'est effetivement une réédition des 9 numéros de la deuxième série de FANTAX qui a redemarrée en 1959. FANTAX est de retour est sorti en 1986, je crois, mais la qualité du tirage en très médiocre. Le dessin s'en trouve gâché. Cela te donnera quand même un bon aperçu de ce qu'était FANTAX même si cette deuxième série est un peu en dessous de la première de 39 numéros.
Bonne lecture et n'hésite pas à nous donner ton avis. Même négatif.
Je n'ai pas aimé....trop décousu...ça manque de consistance, le personnage est constament dans l'action, il est masqué mais connu de tous, aucune réflexion, mais toujours au bon endroit et semble deviner tous les plans de ses ennemis ....etc......
Modifié en dernier par jm314 le dim. 11 avr. 2010, 12:10, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Gydek
Passionné(e)
Passionné(e)
Enregistré le : jeu. 10 août 2006, 21:20
Contact :

Re: L'intégrale de FANTAX: ça démarre!!!!

Message par Gydek »

J'ai lu dans la lettre d'infos des nouvelle Editions Chott que les initiateurs du magnifique projet n'arrivaient pas à trouver contact avec les héritiers du scénariste Navarro.
Je les invite à prendre toutes les dispositions utiles pour se protéger, à se couvrir, à prendre contact avec les conseils juridiques de la SACD (Société des Auteurs), à s'entourer, etc...
En effet, il n'est pas impossible que d'aucuns se tapissent dans l'ombre pour attaquer le projet dès sa parution afin d'essayer d'en récolter la Baracca.
Les conseils d'un juriste spécialisé en matière d'édition et de droit d'auteur seraient certainement les bienvenus pour éviter toute déconvenue. :wink:
Vous pouvez acheter l'album du "Maugré" à 5,00 €uros (+ port), avec dédicace personnalisée à la demande, en contactant l'auteur à l'adresse ci-dessous:
guydedecker@yahoo.fr
http://www.guydedecker.com

Avatar du membre
Tanguy
Compagnon
Compagnon
Enregistré le : mar. 26 août 2008, 14:39
Localisation : Nice
Contact :

Re: L'intégrale de FANTAX: ça démarre!!!!

Message par Tanguy »

Bonjour,

voici pour Noel une planche restauree par Reed Man.
Le projet suit son cours et il est en bonne voie.
Joyeux Noel.
FANTAX #1 page 2
FANTAX #1 page 2
Le club de l'audace

Avatar du membre
Raymond
Disciple
Disciple
Enregistré le : mer. 31 déc. 2008, 13:43
Localisation : Lausanne
Contact :

Re: L'intégrale de FANTAX: ça démarre!!!!

Message par Raymond »

Merci pour cette belle planche.

Pour moi, qui suis trop jeune pour avoir lu Fantax au moment de sa sortie, cette série est un mystère. Je me demande pourquoi elle a déclenché autant de passions ? :heu:

La première fois que j'ai entendu mentionner le nom de Chott (dans un fanzine des années 70) c'était pour le donner comme un exemple de plagiaire. Il y avait d'ailleurs dans ce journal (je ne sais plus son titre) des images qui le prouvaient, puisqu'on voyait des vignettes de Foster ou Hogarth que le studio Chott avait quasiment "calquées" pour les introduires dans ... Fantax (si mes souvenirs sont bons).

Ce qui était par ailleurs frappant, c'était le silence des critiques de cette époque. On ne parlait pas de Chott dans Phénix, RanTanPlan ou les autres fanzines de l'époques, à part de temps en temps une allusion à ses démêlés judiciaires, ou à ses plagiats. J'ai acheté le petit livre de Filippini sur l'histoire de la BD française pendant les années 50, étude assez détaillée où chaque chapitre est consacré à un éditeur, mais l'auteur ne dit rien sur les éditions Pierre Mouchot (comme si tout cela était négligeable). Chott n'est pas non plus mentionné dans la plupart des anthologies des années 70 (les livres de Moliterni et consort). Jacques Sadoul lui consacre un paragraphe dans son "Panorama de la bande dessinée", mais il se limite à dire que tous les dessins sont calqués sur les illustrations des classiques américains.

Le premier article équilibré que j'ai pu lire sur Fantax, c'est celui de Jean Fourié, publié dans le Collectionneur de BD à la fin des années 80. J'y décelais une certaine admiration, mais sans vraiment la comprendre. Il y avait aussi des commentaires prudents sur certains aspects "sadiques" de la série, et une crainte de choquer qui me paraissait refléter de vieux débats (du moins je le suppose).

En face du mépris des critiques (et de l'acharnement des censeurs), il y avait l'enthousiasme des anciens fans et la côte faramineuse de certains fascicules de Fantax. J'ai lu avec intérêt le dossier de Bédésup publié dans les années 80, mais certains propos thuriféraires (Chott étant désigné comme un "Hogarth français") m'avaient laissé plus que perplexe. Ce dossier m'avait du moins donné envie de lire Fantax.

Comme d'autres lecteurs de ma génération, je me suis alors procuré la réédition de Fantax faite par Bédésup. Quelle déception ! Devant la maladresse de certains dessins, le caractère vieillot des intrigues, la mauvaise impression des images, je comprenais encore moins qu'auparavant ce qui avait pu séduire les lecteurs des années 50. Par ailleurs, je ne retrouvais pas le soit-disant caractère "violent" ou "malsain" de ces images qui avaient (semble-t-il) choqués les censeurs des années 50. Il y avait réellement un hiatus incompréhensible entre ce que je découvrais et les haines ou passions que cette BD avait provoqué dans la génération qui me précédait.

Par la suite, je me suis procuré (à prix prohibitif) deux petits formats de la 2ème série. Le dessin y était déjà mieux imprimé, mais les histoires étaient incomplètes. Bref, je n'étais pas plus avancé.

J'ai découvert récemment sur Internet la reproduction d'un fascicule entier (sur le site de l'ABC des Comics). J'y ai retrouvé le plaisir de la lecture des vieilles publications, mais je reste tout de même dubitatif sur l'intérêt actuel de Fantax. Une fois passé l'attrait du dessin, c'est finalement l'intrigue qui sélectionne la bonne BD d'aventure (ou la bonne BD policière).

Il me semble qu'aujourd'hui encore, il est difficile de situer cette série à sa juste valeur. N'ayant pu lire que peu de choses (des fragments d'histoires ou quelques récits mal imprimés) je me garderai bien de proférer un jugement, mais il me parait évident qu'elle ne mérite ni l'opprobe de certains critiques, ni les louanges excessives de certains admirateurs

Une bonne réédition permettra peut être d'y voir plus clair ??

Avatar du membre
Totoche
Maître Jedi
Maître Jedi
Enregistré le : mar. 21 oct. 2003, 02:00
Localisation : 02300 Chauny
Contact :

Re: L'intégrale de FANTAX: ça démarre!!!!

Message par Totoche »

Il y a eu toute une série d'articles qui lui a été consacré dans Hop.
Pas moins de cinq numéros.
Peu d'auteurs ont eu le droit à cette "faveur".

N°11 Article et bibliographie
N°14 à 17 Les publications Chott
:beer:
Le gang des :hips:

Répondre

Retourner vers « Le Cercle des PF disparus ? / La BD Populaire en 2020 »