G.B. Carpi

De Pimpf Wiki
(Redirigé depuis G.B Carpi)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
CARPI 3.jpg

Le dessinateur Giovan Battista Carpi est né le 16 novembre 1927 à Gênes (Italie).

Il fréquente l’Académie des Beaux Arts de sa ville natale et l’atelier du peintre Giacomo Piccolo avant de débuter en 1945 pour l’hebdomadaire Faville (en dessinant le logo de la revue). Peu après, il créé La Famiglia Serafini, parodie d’une famille italienne typique de l’époque. En 1946, il collabore à Lo Scolaro, créé Sparagrosso, caciatore in Africa pour Gazetta dei Piccoli (supplément hebdomadaire de la Gazetta del Popolo), part à Milan l’année suivante où il devient intervalliste pour les studios de dessins animés des frères Pagot (sur « I fratelli dinamite » qui serait le premier long métrage animé européen en couleurs). A cette époque, il écrit et dessine Celestino al centro della terra pour Il Giornalino del Carroccio et dessine Pinocchio pour Les éditions dell’Aquilone. Il expose des illustrations dans une galerie d’arts de Milan et collabore avec Corticeli, Typis, Messagerie Musicali, De Agostini, illustrant des livres d’enfants, des fables, etc. Il reçoit le prix Candide en 1951 qui récompense ses dessins humoristiques. En 1953, suite à la rencontre de Mario Gentilini, alors directeur de Topolino, il entre dans le staff des dessinateurs Disney à la Mondadori, où il illustre Donald, Picsou, Mickey et autres héros de Disney dans de grandes parodies (Les misérables, Paperino principe di Danimarca, etc.) ; il signe la fameuse couverture d’Epoca à la mort de Walt disney en 1966 et créé graphiquement le personnage de Fantomiald en 1969. Il y publie également le fameux Manuel des Castors Juniors (Manuali delle Giovani Marmotte), un best-seller traduit dans le monde entier sans oublier des illustrations pour encyclopédies et fables (« Fiabe dei caroselli »). A la fin de 1955, il fait équipe avec Guilio Chierchini et donne toute la mesure de son talent sur le personnage de Tartine la grand-mère centenaire à la force herculéenne (Nonna Abelarda) qu’il contribue à rendre ultra-populaire, pour l’éditeur Renato Bianconi.

Une photo de Carpi avec Carl Barks.

Pour ce même éditeur, il a créé Soldino (Toto II, le gentil monarque de Fantasia, protégé par Tartine) et Dodu, le bon petit diable en 1955 (Geppo), il a mis en images Volpetto (Renardeau), a créé Chico Cornacchia en 1958 (Chico la corneille), dessiné le trappeur Raviolo Kid alias Ravioli Kid dans Bimbo Nouvelle Série et une multitude de personnages humoristiques : le troubadour Sauveur (Salvatore) et son écuyer Guitare, Chitarrone, Benianimo Clorofilla, Zero, Ozario e Arturo, Mao et Okey, le;petit indien Plume d'Oie (la plupart de ces personnages ont été publiés en France dans les divers fascicules des éditions de Jean Chapelle : SFPI, Editions de l’Occident, etc.)... Il dessine Les aventures de Bombarda le terrible qu’on peut lire en France dans Totem 4 (et Akim 245), Amelia, Archimede Pitagorico, etc. Il réalise des épisodes de Fix und Foxi pour le marché allemand pendant deux ans, adapte Gargantua pour Smack en 1979 et dessine Dodo pour Airone Junior en 1989. Carpi a aussi dirigé l’université Disney d’Italie qui forme les futurs dessinateurs des personnages Disney. Les années 90 seront celles de la reconnaissance : en 1991, il reçoit le Premio Marina di Massa comme meilleur « cartoonist », un an plus tard c’est le prix de la Couverture d’Argent et, en 1995, il est récompensé par un « Yellow Kid » au Salon de la BD de Rome (l’Oscar de la BD). En avril 1997, il est fait docteur honoris causa à l’université de Bologne.

Il est mort à Gênes le 08 mars 1999.

Nota Bene : il signait parfois Gianni Carpi ou M. de Sogus...

Auteur de l'article

  • Fabrice Castanet