Gino d'Antonio

De Pimpf Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ginodantonio.jpg

Gino D'Antonio est né à Milan le 16 mars 1927.

Autodidacte, LUIGI (GINO) D’ANTONIO débute sa carrière quasiment par hasard. Au milieu des années 40, il est le voisin de Mario Oriani (rédacteur au Corriere dei Ragazzi) qui va l'aider à démarrer sa carrière d'auteur et de dessinateur de BD.

D'Antonio a toujours eu la passion du dessin, et débute sur Jess Dakota, pour lequel il signe scénario et dessins dans un style encore approximatif et visiblement inspiré du Steve Canyon de Milton Caniff (1947-48).

En 1950, il fait la connaissance de Mario Leone et dessine sur ses textes la série "Angeli della strada", publié en albums "a strisce" (à l'italienne et en France sous le titre Petits Moineaux (série) par Sagédition) aux éditions Cremona Nuova qui fut rééditée par l'éditeur Selene de Milan dans la collection Zanetto, où le titre fut modifié en Marcellino (publié en France aux éditions des Remparts, en 1958).

Entre 1951 et 1959, Il collabore avec Il Vittorioso: du N°36 au 50 où il publiera "Il trasvolatore delle Alpi", sur des scénarios de Camerini. Il signe également des histoires brèves paraissant en épisodes comme I"l campeggio dei Campioni" (N°2 à 13 en 1952), "Due ragazzi e mezza statua" (dans les N°33 à 39 en 1954), "I ragazzi di Via Larga" (N°9 à 22 en 1955), "De Barba, Il fortino sull'Huron" (N°2 à 19 en 1956) écrit à l'origine par Sandro Cassone (réécrit presque complètement par D'Antonio et publié en France dans dans Le petit shérif (grand format) n°161-168.), dessina "La giovinezza di Arturo - Leggenda medioevale", sur des textes de Leone (1957-58), un récit de chevalerie publié en France dans Oliver n°20-24 sous le titre "La jeunesse d’Arthur"... (n°1 à 25 en 1955). Il illustra également le roman "Terra Rossa" de Luciana Martini publié dans les N°1 à 25 en 1955.

En 1952, il fait la connaissance de Rinaldo d’Ami avec qui il entame une longue collaboration : il l’encre tout d’abord sur Gordon Jim (1952) puis il œuvre pour Mondadori entre 1952 et 1954 sur le graphisme du best seller Pecos Bill (textes de Guido Martina).

En 1954, Il réalise de nombreuses illustrations pour l'hebdomadaire Domenica del Corriere et dessine quelques épisodes de la deuxième série de "El Kid", sur scénario de Gianluigi Bonelli, chez Audace (la première incarnation de Sergio Bonelli Editore), plusieurs récits de la série "I Tre Bill" (Les trois Bill, publié en France par Lug dans Pampa entre autres) au sein du studio D’Ami (1955-56) et collabore à la revue "Western" de Dardo (illustrations).

A partir de 1954, comme de nombreux autres dessinateurs italiens, il réalise-via le studio Roy d'Ami- des BD pour le marché britannique au sein du studio de Rinaldo d’Ami. D'Antonio illustre alors Kit Carson, Biggles dans "Junior Mirror" (1955-56), Battler Britton dans "Thriller Picture Library" en 1958, Johnny Conquest dans "Sun Comic" (1959, publié en France dans Hondo n°57, Fatal n°1, Boomerang n°5, etc.), "Paddy Payne" dans "Lion Comic" (1961), Kid Cheyenne (Hawk Hunter and the Iron Horse) dans Valiant en 1962 (traduit dans le petit format Whipii! n°31-33), Gun Rule dans "Cowboy Picture Library" (1962), il travaille pour "Eagle Annual" (1956), "Express Wekly" (1956-57), "Junior Express", "Top Spot" (1959), "Tina Comic", "Look and Learn" (« Kidnapped »), "Fleetway Super Library", "Frontline Picture Library", "Battle Picture Library", "War at Sea Picture Library" et "War Picture Library" (plus d’une vingtaine de récits de guerre dont la plupart ont été publiés en France dans les pockets d’Impéria comme Navy, Attack ou Panache), il illustre des couvertures pour "Eagle" et "Boys World" et adapte quelques classiques de la littérature pour "Tell me Why" (« Vingt mille lieux sous les mers », « Quo Vadis », » L’odyssée », « Tale of Two Cities ») et World of Wonder (« Les misérables », « La famille suisse Robinson », « Moby Dick »).

En 1965, Il travaille dans la publicité et signe la campagne (en BD, bien sûr) du dentifrice Colgate.

Deux ans plus tard, il réalise de nombreuses illustrations en noir et blanc pour la collection "Sui sentieri del West" éditée par AMZ

De 1967 à 1980, il crée son chef d’œuvre : "La storia del West" (La Route de l'Ouest) pour Bonelli (qui s'appelle encore Araldo).

Durant leur collaboration avec le studio D'ami, l'idée initiale prévoyait une publication hebdonadaire de petits épisodes de 24 pages avec un article approfondi sur la conquête de l'Ouest, mais Bonelli réussit à les convaincre d'opter pour les albums "classiques" (chez Bonelli) de 96 pages mensuels. La série fut hébergée dans la collection Collana Rodeo ce qui permettait d'alterner avec des histoires de western diverses quand d'Antonio et ses dessinateurs ne parvenaient pas à suivre le rythme. Il y eut ainsi 73 épisodes de la série sur 162 numéros de la collection. En France, la saga fut publiée dans les petits formats Carabina Slim puis La Route de l'Ouest. Elle remporta le prix des Trois Jours de BD de Genève en 1971 ainsi que le prix ANAF au Salon des Comics de 1974.

En 1970, il entame une collaboration avec "Il Giornalino" de l'éditeur Paoline. Sur des textes d'Alberto Ongaro, il dessine les épisodes de Jim Lacy, réalise la brève histoire de "Il Soldato Casciella", crée le personage de Susanna en 1975(dont il écrit tous les épisodes et collabore aux dessins avec ses amis Renato Polese et Ferdinando Tacconi). Enfin, il termine l'adaptation de "L'île mystérieuse" à la mort de Franco Caprioli puis il entreprend une grande fresque, La seconda Guerra Mondiale avec Tacconi à partir de 1980. Il signe également de nombreuses couvertures de l'hebdomadaire.

En 1976, il écrit et dessine "L'Uomo dello Zululand", second volume de la collection d'albums cartonnés "Un uomo un'avventura", (Un Homme, une Aventure, paru chez Aventures et Voyages en grand format) édité par Cepim (une autre incarnation de l'éditeur Bonelli). Il signera aussi le 5e volume, "L'uomo del deserto", dessins de Tacconi, le n°8, "L'uomo di Pechino", dessins de Polese, le n°16, "L'uomo di Ivo Jima" sur ses propres dessins, le n°23, "L'uomo del Bengala", dessins de Buzzelli, et l'ultime numéro de la collection, le n°30, "L'uomo di Rangoon", avec l'aide de Ferdinando Tacconi aux dessins.

En 1977 et 1978, il reçoit le prix ANAF deux années consécutives en tant que "meilleur scénariste italien en activité".

En 1978, Chez SuperGulp, un périodique éphémère, il signera une BD inspirée d'une émission télévisée du même nom, construite sur le modèle de l'éditeur Eura (Lanciostory et Skorpio) en collaboration avec des scénaristes renommés tel que Tiziano Sclavi, Alfredo Castelli, Giancarlo Alessandrini et Fabio Civitelli. D'Antonio réalisa aussi textes et dessins de tous les épisodes de la série de guerre "Il mercenario".

En 1980, A l'Exposition Internationale des Comics de Rapallo, il reçoit le prix du meilleur scénariste.

Trois ans plus tard, il illustre, en alternance avec Tacconi, les couvertures de "Full", première expérience (vite abandonnée) de Bonelli en matière d'hebdomadaire. La revue a été rééditée en épisodes dans trois numéros de "Un Homme, une aventure" (version italienne).

En 1983 encore, à l’occasion de la réédition de la Storia del West (dans la collection "Serie Rossa"), parurent 192 pages qui vinrent compléter la série originale (n°73 à 75). Dans le numéro 11 du mensuel Orient Express parait "L'intervista", un bref récit en couleurs réalisé par D'Antonio qui met un point final à la saga.

De 1984 à 1985, d'Antonio lance seul, puis assisté de Polese et autres dessinateurs une nouvelle série western bien connue des lecteurs du petit format El Bravo (n°93-111): Bella & Bronco (Bronco & Bella. Les épisodes ne feront que 64 pages mais dans un format légèrement plus grand que le traditionnel Bonelli (23,5x16,5cm). L'originalité venant du fait que les héros sont des femmes, ce qui est plutôt rare en matière de western. D'Antonio signe seul 16 numéros, puis il collabore avec de nombreux dessinateurs (Polese, Alessandro Chiarolla, les frères Gaspare et Gaetano Cassaro et Giovanni Freghieri).

En 1986, Dans Orient Express, il crée, sur des dessins de Tacconi, le personage de Mac lo Straniero. 3 épisodes publiés en feuilleton : Il lungo viaggio N°9 à 12, Verdi Campi di Fiandra N°23 à 25 et Ultimo atto N°28 à 30. Cette série fut rééditée dans la collection I Protagonisti (N°3, 13 et 17).

En 1986 encore, Il crée Uomini senza Gloria (Les hommes sans gloire), une grande fresque historique sur la seconde guerre mondiale.

En 1987, Il devient responsable du secteur BD du journal Il Giornalino, poste qu'il abandonne en 1992.

En 1989, Il écrit un scénario pour Nick Raider, le nouveau personnage Bonelli créé par Claudio Nizzi. Son premier scénario paraître pour le N°13 "Una minaccia dal passato", et sera dessiné par Polese. Depuis, il a écrit de nombreux épisodes pour cette série.

En 1996, au Salon International des Comics de Lucca, il reçoit le titre de "Maître des comics" pour l'ensemble de son oeuvre.

En 1999, il travaille sur la nouvelle série Bonelli : Julia en tant que scénariste pour le N°14 intitulé "Il cacciatore" avec Giancarlo Berardi au dessin.

Il est mort le 24 décembre 2006.

En France, outre les bandes précitées, on peut lire de lui Les aventures de Docky aux éditions des Remparts (1959), Le ranch de la flèche (Il ranch della freccia) un récit d'Il Vitorioso dans Jim Taureau n°71, deux récits dans la collection « Histoire du Far West » chez Larousse en 1981-82 (« Calamity Jane », « Les indiens du pacifique ») et "Les pirates de la mer de Chine" dans le petit format Brik n°60...

Auteurs de l'article

  • Dominik Vallet
  • Fabrice Castanet