Kamandi

De Pimpf Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
© DC Comics
Scénariste Jack Kirby
Dessinateur Jack Kirby, D. Bruce Berry
Nom V.O. Kamandi, the last Boy on Earth
Editeur V.O. DC Comics

KAMANDI Série américaine appelée Kamandi, the last Boy on Earth de DC Comics créée par Jack Kirby en octobre 1972 dans sa propre revue qui durera jusqu'en septembre 1978 et sur 59 numéros (mais le dernier ne publiera pas d'aventure de Kamandi). L'histoire se terminera avec un cross-over avec Karaté-Kid.

Trois séries ont traité Kamandi en France : tout d'abord, la collection Comics Pocket en petit format noir et blanc, puis la collection Artima color Super-star "Année Zéro" qui était en grand format et en couleur et enfin dans la même collection "Kamandi". Malgré les changements de formats ou de noms, il semblerait que la chronologie des épisodes soit respectée.

De 1971 à 1975, Jack Kirby (dessinateur originel de séries commes les 4 Fantastiques, Hulk ou Captain América) devient son propre scénariste pour quatre séries au sein de la National Comics. En août-septembre 1972, il crée "Kamandi, the last Boy on Earth" qu'il abandonnera en 1976 à son retour chez Marvel. La série continuera sans lui après son départ.

Cela donne une série parlant du dernier humain survivant dans un monde post-apocalyptique dominé par des animaux intelligents et anthropoïdes (Lions, rats, tigres, ours, gorilles etc...). Une atmosphère étonnante malgré un scénario privilégiant nettement l'action tous azimuths plutôt que la logique ou des personnages fouillés. On y sent une atmosphère proche de "La planète des singes" où les humains sont considérés comme des animaux et le monde présentant les ruines de l'ancienne civilisation humaine. La série présente tout un tas d'innovations étonnantes sur le plan des idées, dans un décor typiquement Kirbyesque.

L'histoire

Dans un monde post-apocalyptique, Kamandi est le seul humain dotée de la parole dans un monde où les animaux humanoïdes règnent en maître...

Parutions

...

Liens externes

Auteur de l'article

  • Dominik Vallet