Rémy Bordelet

De Pimpf Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Remy Bordelet dit Remy est un dessinateur français né à Lyon le 14 avril 1931 et décédé le 14 janvier 2003.

Son Œuvre

L'Atelier Chott

Rémy Bordelet a pris à des cours du soir à l'École des Beaux-Arts de sa ville. Il débute sa carrière à 17 ans grâce à un dessinateur de l'Atelier Chott (en 1948) : Bertrand Charlas. Celui-ci le recommande à Pierre Mouchot (le créateur de Fantax) qui le fait débuter comme assistant de Bertrand Charlas sur le récit complet « Robin des Bois » puis sur « Big Bill le casseur » avec Claude Bordet, du n°31, de mai 1949, au n° 50, de décembre 1950. A cette époque, il dessine également une aventure de Fantax dans « Reportages Sensationnels » (1950-1951). Après avoir effectué son service militaire en 1952, il reprend seul « Big Bill » jusqu'en août 1954.

De 1956 à 1958, il prend la succession de Chott sur Black Boy (le fils de Fantax, qui en est une version adoucie pour contourner la censure). Black Boy est publié dans la revue « Rancho », « Spécial Rancho » puis dans « Fantasia » allant jusqu'à utiliser des anciens épisodes de Fantax. Il reprend d'ailleurs ce personnage dans « Fantax Magazine » (3e série) en 1959, toujours avec Chott comme scénariste. Malheureusement, la Censure semblait faire une fixation sur le héros masqué et finissait immanquablement par en interdire la publication. On peut d'ailleurs affirmer qu'il fut à l'origine de la -trop ?- fameuse loi de 1949 sur les publications pour la jeunesse à qui l'on doit des merveilles kafkaïennes en matière d'interdiction de parution. Toujours chez Chott, il crée le personnage de « Ramon le Mexicain » (Ramon - l'Aigle de la Pampa) qui est édité dans la revue « Rancho » et dessine Kid Colorado.

Lug

Ensuite, dans les années 1960, il passe chez Lug, où il travaille pour Marcel Navarro, et devient le chef de leur atelier au départ de Roger Médina, jusqu’en février 1993 quand Semic rachete Lug.

Mais si Rémy Bordelet reste gravé dans la mémoire de tous, c'est parce qu'il est le talentueux dessinateur de centaines de couvertures de « Zembla » et « Spécial Zembla », nous montrant un seigneur de la jungle à la musculature impressionnante et à l'anatomie enfin respectée, ce dont ne s'encombraient guère les frères Oneta dans les aventures en pages intérieures.

Il dessine aussi de nombreuses couvertures de Rodéo en collant au plus près du style d'Aurelio Galeppini. Il effectue occasionnellement des travaux de retouche sur plusieurs séries de l'éditeur.

Fin de carrière

Il se consacre exclusivement aux travaux de lettrage pour les maisons d'édition Glénat, Zenda, Delcourt et Bagheera. Bordelet retourne chez Semic en 1999, réalisant des encrages sur les couvertures de Spécial Zembla. Récemment, on a pu revoir un de ces fameux dessins du seigneur de la jungle dans le tiré-à-part accompagnant le fac-similé de Zembla N°1.

Fin 1998, il a même les honneurs de figurer au musée d'Art Contemporain de Lyon en compagnie d'autres artistes lyonnais au nombre desquels se compte aussi Jean-Yves Mitton.

Une de ses dernières apparitions publiques se déroule à Annecy lors d'un festival de BD où il est l'un des invités d'honneur.

Il reste chez Semic jusqu'à son décés.

Séries

Listage en cours...

Couvertures

  • Zembla n° 235, 254, 258, 268, 270, 271, 280 à 282, 295, 297, 298, 303, 311, 314, 315, 322, 324, 350, 361, 382, 383 ...
  • Spécial Zembla n° 16, 53, 60, 61 ...

Listage en cours...

Bibliographie

Auteur de l'article