Titans

De Pimpf Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
TITANS
Éditeur Lug/Semic
Date de début mars 1976
Date de fin Mai 1998
Numéro de fin 221
Nb Pages De 72 à 96
Nb Recueils 72
Collection Comics

Titans Revue de l'éditeur Lug/Semic dans la collection Comics.

221 numéros de mars 1976 à Mai 1998. Les trois premiers publièrent des comics d'Atlas. Du N° 4 au 215, ce sont des bandes de Marvel et les six derniers du Top Cow.

Elle est la revue super-héros Lug qui a publiée le plus de séries.

Atlas Seabord

Titans peut être percu de deux façons. Une revue inconsistante où les séries pendant très longtemps ne durèrent pas ou comme un vivier de découvertes du justement à cet afflux de séries.

Bimestrielle conçu à l'origine pour acceuillir la toute nouvelle maison d'édition Atlas Seabord fondé par Martin Goodman le fondateur de Marvel qui venait de quitter "la maison des idées" et dont cette aventure fut la dernière dans l'édition. 5 titres allaient être proposés par Lug dont quatre dans cette revue. La cinquième sera proposée en album géant La Saga d'Iron Jaw.

  • Wulf le barbare : Héroïc Fantasy
  • Phénix : SF matiné de super-héros
  • Le Justicier : Super-Héros
  • La planète maudite : SF

Ce que l'éditeur n'avait pas prévu, c'est que ses sources allaient se tarir rapidement avec la faillite de Goodman dont aucun titre ne dépassa le numéro 4. Dans l'urgence, Lug allait puiser dans le catalogue Marvel et transformer ainsi la revue en petit frère de Strange et Spécial Strange.

La valse des séries

Avec la fin de Phénix et la Planète Maudite au numéro 3 puis les deux autres au numéro 4, les séries vont s'enchainer à un rythme assez incroyable.

La première série à se poser stablement est La Guerre des Etoiles qui arrive au N°18 pour pas mal de temps.

Stabilité précaire

Au côté de la série cosmique apparait tout d'abord Machine Man signé Jack Kirby au numéro 32 puis au 35, ce sont deux séries qui arrivent pour quelques temps: Mikros de Jean-Yves Mitton en provenance de Mustang et une nouvelle héroïne mutante Dazzler.

Pour féter ce double évennement, la revue devient mensuelle au 36 de janvier 1982.

Les choses se gate pour Machine Man au numéro 45 quand ses épisodes sont coupés en deux à cause de l'augmentation de la pagination des séries qui aura le même effet sur Strange. Il faut dire que Steve Dikto a succédé à Kirby et que le robot humain a moins d'attrait. Lug finira par arréter sa publication au 53.

S'ensuit une période avec quelques séries "bouche-trou"": Une aventure de Star Wars hors continuité entre les 54 et 56 et Marvel Team Up dans les 57 et 58.

Le règne éphémère des mutants

Une série événement arrive au numéro 59. Il s'agit de Les Nouveaux Mutants, première déclinaison de celle qui a détroné Spider-Man, Les X-Men dont les séries dérivées ne feront que s'accélérer dans les années suivantes.

L'arrivée des Nouveaux Mutants va faire subir à Dazzler le sort de Machine Man à savoir des épisodes désormais coupés en deux mais la mutante va tenir plus longtemps que son prédécesseur.

Tout bascule quand la jeune série change de dessinateur. Bill Sienkievich n'a pas un style très orthodoxe et après quelques épisodes, l'éditeur décide d'arrêter les frais en suspendant provisoirement la parution au numéro 85. Ce sera aussi le chant du cygne de Dazzler.

Nouvelles séries

Ca se bouscule une nouvelle fois au menu du sommaire de la revue qui ne va plus proposer désormais que trois séries.

Au numéro 86 est lancé La Vision et La Sorcière Rouge, au 88 c'est au tour de Mikros de céder sa place à son "spin off" Epsilon.

Au numéro 95 est publié l'ultime épisode de La Guerre des Etoiles et Les nouveaux Mutants effectuent leur retour au 96.

Au numéro 98 apparait Les Vengeurs de la Cote Ouest en remplacement La Vision et La Sorcière Rouge.

Epsilon se termine au 108 et la revue va acceuillir quelques séries invitées comme La Toile de l'Araiignée au 109 et 110 ou Les X-Men au 113 et 114.

Enfin au numéro 115 débarque la nouvelle série signée Jean-Yves Mitton qu'il devra cloturer plus vite que prévue avec l'arrêt de Lug au 119. Le dernier épisode paraissant tout de même dans le numéro 120 (le premier chez Semic).

Semic et les séries X

Avant de connaitre son coup d'arret avec la perte de la licence Marvel, le repreneur de Lug peut tout de même remercié l'engouement dans ces années des séries dérivées des X-men. On va en compter jusqu'à une dizaine publié simultanément, ce qui va permettre de garnir la revue au côté des Nouveaux Mutants et des Vengeurs de la côte Ouest.

Les égarés (Fallen Angel) est la première série limitée proposée entre les numéros 123 et 130. c'est ensuite Excalibur qui s'implante durablement à partir du 131.

Une stabilité rare pour la revue troublée seulement par les crossovers incessant des séries mutantes va alors s'instaler prenant fin au numéro 165.

C'est à partir de là qu'est proposé Captain América jusqu'au 170.

Au Numéro 170 s'instale Warlock et la revue va connaitre une période de calme entre deux crossover.

La dernière ligne droite

Au numéro 194 de mars 1995, la revue se pare de pages supplémentaire pour proposer de nouveau quatre séries.

Arrive donc Blackwulf une série limitée dans ce numéro et dans le 195 Force Works qui n'est autre que la suite des Vengeurs de la côte ouest.

Au numéro 201, l'éditeur fait une énorme bourde en proposant la réédition des Nouveaux Mutants (trop tot pour les lecteurs). Il arrête les frais au 205.

Pour compenser, ce seront des séries limitées Starjammers du 206 au 209, Clan Destiné du 207 au 215. On trouve aussi X-Calibre du 208 au 210. Un épisode unique Century au 210 enfin X-Man pour les derniers sursauts de la revue sous licence Marvel du 213 au 215.

L'éditeur avait proposé une nouvelle présentation de couverture au numéro 209. Celle ci rappelait par certains côté Spidey en plus adulte.

Top Cow et la fin de la revue

Tout comme il l'avait fait pour Strange quelques mois plus tôt, Semic relance Nova et Titans en décembre 1997. Pour cette dernière, l'éditeur compte sur le catalogue Image et plus particulièrement le Top Wow de Marc Silvestri pour relancer la machine. Une série est déjà proposer en français dans une revue Version intégrale. Elle sera accompagnée de séries limitées.

Devant le peu de succès rencontré, l'éditeur supprimera cette fois ci pour de bon la revue en mai 1998 au numéro 221.

Liens externes

Auteur de l'article

  • Dominik Vallet