Ted Cowan

De Pimpf Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ted Cowan est le nom familier d'Edward George Cowan. C'est un scénariste anglais des plus importants, mais aussi un de ceux ayant le plus abusé des pseudonymes. Il a ainsi signé des récits sous les noms de E. George Cowan, Edward G. Cowan, Denise Cowan (pour ses histoires pour filles) et George Forrest.

Durant la seconde guerre mondiale, il travaille comme assistant dans un laboratoire avant de s'enrôler dans la Royal Air Force. Après guerre, il entame sa carrière d'homme de lettres. Il débute comme scénariste en gagnant un concours de scénario dans un journal. Rapidement, il écrit "Ginger Nutt" pour la revue "Champion", mais à cette époque, c'est surtout comme freelance qu'il écrit la majorité de ses histoires.

C'est sans doute Robot Archie (Archie le robot), sa bande la plus célèbre qu'il a imaginé pour la revue "Lion" en 1952. Une série qui durera jusqu'en 1974. Fidèle à cette revue, Cowan y créera The Spider (alias Spiderman dans la revue du même nom) en 1965, Sandy Dean en 1957, Paddy Payne en 1958, The mystery speed star (La piste mystérieuse dans Trophée) en 1966, Carson's Cubs (Les Moutards de Carson dans Carabina Slim N°31 à 67) en 1966 ou The Waxer (Mannequins de cire dans Janus Stark N°48 à 51). Sans oublier Adam Eterno de 1971 à 1974 de "Thunder" à "Lion".

On retrouve Cowan sur Roy of the Rovers (Roy et ses Diables dans Yataca et En Piste (2e série)), The toughest road race in the world ("Tony Bolide" dans Kris le Shérif) en 1958-1960 ou Saber King of the jungle de 1967 à 1969 (que l'on retrouve comme Yataca seconde période).

On le retrouve aussi dans Smokeman / UFO Agent ou Blackbow the Cheyenne dans Eagle, Billy Binns and his wonderful specs dans "Boys'World" chez Fleetway.

Il oeuvrera encore dans "Girls Crystal Libraries", des histoires sentimentales pour filles ou Nick Jolly the flying higwayman dans "Hotspur" chez DC Thomson en 1975. Un personnage que l'on peut lire en français chez Arédit/Artima dans la revue Nick Jolly.

Aujourd'hui, on peut lire des rééditions de ses meilleurs récits, mais en anglais exclusivement.

Auteur de l'article

  • Dominik Vallet