Tartine

De Pimpf Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Il tredicesimo naufragio.jpg

Tartine (Nonna Abelarda)  Série créée en 1953 par Giulio Chierchini dans la revue "Trottolino" de l'éditeur Renato Bianconi (mais certains jugent que le vrai créateur est G.B Carpi).

C'est une grand-mère énergique, centenaire, dotée d'une force incommensurable (son seul talon d’Achille est... un cor au pied gauche !), force qui n'a rien à envier à celle de Popeye, autre héros publié par Renato Bianconi (qu'elle affrontera d’ailleurs !).

Cette mamie au caractère bien trempé mais vraie fée du logis et cordon bleu vit dans le royaume de Fantasia (Bancarotta) où règne le jeune et gentil roi Toto II (Soldino) qu'elle protège notamment contre son oncle, l'odieux duc de la Frite (Il Duca Fritttella).

Dans d'autres récits, elle est entourée du jeune et rusé Renardeau (Volpetto) dont elle est la gouvernante, du ministre la Bedaine (Il Ministro Scartoffia), de son chat Attila ou du singe Bongo... personnages secondaires souvent savoureux (comme Nik e Nok, Malvagik-clone de Diabolik et la banda dei Neroni) créés pour certains par les différents dessinateurs qui se sont succédés sur Tartine : G.B. Carpi (qui est celui qui a vraiment donné toute sa dimension au personnage), Tiberio Colantuoni, Sandro Dossi, Luciano Gatto, Nicola del Principe, Mario Sbattella, Luciano Capitanio (sur des textes de Piero Zanotto)...

En Italie, Tartine est publiée dans les diverses revues de Bianconi comme "Trottolino", "Volpetto", "Soldino Mensile", "Festival di Soldino" (à partir de 1962) ou "Super Soldino" puis, rapidement, suite à sa popularité grandissante, dans son propre titre "Abelarda" au cours des années 60 (signalons "Abelarda le avventure di una nonna terribile" de 1971 à 1974 et une revue plus récente, relancée sans succès par Alessandro Bianconi en 1990-91, "Fantastica Abelarda", qui n’a connu que 4 numéros).

Nonna Abelarda est publiée en France à partir de décembre 1956 par la Société Française de Presse Illustrée (dans Presto puis Arc-en-ciel) et c’est son directeur, Jean Chapelle qui décide de la baptiser Tartine Mariol pour se moquer de Martine Carol, actrice alors très populaire en France (présentée à l’époque par les médias comme la rivale de Brigitte Bardot même si l’histoire n'a retenu que cette dernière).

Par la suite, un nouveau petit format intitulé Tartine Mariol puis rapidement Tartine est édité de décembre 1957 à avril 1982 (448 numéros). Mais, succès oblige, notre héroïne est déclinée dans de multiples autres revues comme le grand format Festival Tartine (74 numéros, 1961 à 1973) et le mini pocket Tartinet (198 numéros, 1959 à 1970). On la retrouve également au sommaire de Bimbo, Amigo, Olac, Zorro Poche, Gogo Géant, etc.

Plusieurs albums sont édités entre 1970 et 1976 (MCL).

Bibliographie

  • Les éditions Bianconi : une tartine de héros populaires in Pimpf Mag n°12.

Auteur de l'article

  • Fabrice Castanet